Films de la semaine: Vivir la Utopia & Bonus

29 03 2008

Film sur la révolution espagnole de 1936:

Et voici deux courts vidéos bonus sur les candidat(e)s à la présidentielle étasunien(ne)s:



Film de la semaine: Mafias

25 03 2008

Désolé pour le retard.

Voici un court vidéo intéressants:

LES MAFIAS:

Le Dessous des cartes les Mafias
Uploaded by dictys



Léopold II: Génocide au Congo

5 12 2007


genocide_congo
Uploaded by caidland
Il est à noter qu’Arte peut se permettre ce film car cela fait une centaine d’années que Léopold II est mort mais le génocide au Congo ne s’est pas arrêté avec la mort de Léopold II. Enviant à la Belgique les richesses du Congo, le Canada, les États-Unis, la France, le Royaume Uni, l’Allemagne, la Chine, Israël, le Liban, l’Australie etc. se sont mis de la partie et participent actuellement au génocide lucratif en RDC [voir 1 2 3 4] (en fait c’est la communauté internationale toute entière qui viole le Congo), génocide qui de par son envergure éclipse même l’Holocauste de la Seconde Guerre et le Génocide rwandais: depuis 1998 seulement, entre 3 millions et 5 millions de personnes sont mortes des conflits au Congo, plus de 17 000 enfants soldats ont été recrutés et le viole des femmes est devenu systématique. Voici un extrait de congopanorama à ce sujet:

Rape has become a defining characteristic of the five-year war in the DRC, according to Anneke Van Woudenberg, the Congo specialist for Human Rights Watch. So, too, has mutilation of the victims.

« Last year, I was stunned when a 30-year-old woman in North Kivu had her lips and ears cut off and eyes gouged out after she was raped, so she couldn’t identify or testify against her attackers. Now, we are seeing more and more such cases, » she says.

As the troops of coccupation from Rwanda and Uganda constantly sought new ways to terrorize, their barbarity became more frenzied.

I, too, was sickened by what I saw and heard. In three decades of covering war, I had never before come across the cases described to me by Congolese doctors, such as gang-rape victims having their labia pierced and then padlocked.

« They usually die of massive infection, » I was told.

Based on personal testimonies collected by Human Rights Watch, it is estimated that as many as 30 percent of rape victims are sexually tortured and mutilated during the assaults, usually with spears, machetes, sticks or gun barrels thrust into their vaginas.

Increasingly, the trigger is being pulled. About 40 percent of rape victims, usually the younger ones, aged 8 to 19, are abducted and forced to become sex slaves.

« The country is in an utter state of lawlessness; it’s complete anarchy, » says Woudenberg. « In this culture of impunity, people know they can get away with anything. Every armed group is equally culpable. »

In the Congo, rape is a cheaper weapon of war than bullets. Experts estimate that some 60 percent of all combatants in the DRC are infected with HIV/AIDS. As women rarely have access to expensive antiretroviral drugs, sexual assaults all too often become automatic death sentences.

Médecins Sans Frontières operates five health clinics offering antiretrovirals in the conflict zone of northeastern DRC, but many women don’t know about the drugs and cannot travel safely to the centers. Moreover, according to Helen O’Neill, a nurse who set up MSF’s sexual-violence treatment program, such drugs must be taken within forty-eight to seventy-two hours of the rape to prevent infection.

If a woman has been exposed to the virus, the treatment is 80 percent effective. But in the Congo, rape victims who are not captive sex slaves must walk for days or weeks, often with massive injuries, and risk new capture by roving rebel bands, before reaching assistance.



Film de la semaine: ZEITGEIST

10 11 2007

english con subtítulos en español

Et voici une adaptation française de la première partie faite par James:


Notes:

It is not the «central banking system» which is a problem as such but the fractional reserve banking system. The USA is a notable exception but most countries’ central bank (including the UK now) is owned by the governement and redistributes its profites to the governement.

Warburg = Warburg Pincus + M.M. Warburg&Co + UBS

Rockefeller = Exxon (ex-Standard Oil) + JP Morgan Chase

John Pierpont Morgan = JP Morgan Chase + Morgan Stanley + Deutsche Bank +USX (ex US-Steel)

I.G. Farben = Agfa+BASF+Bayer+Aventis

Washington Post= 18% Berkshire Hathaway, 7% JP Morgan, Barclay’s 2% etc.

New York Times Co. = 22% T. Rowe Price, 7% Morgan Stanley, 10% Fidelity Inv., 5% Barclay’s, etc.

Time magazine = Time Warner

The complete interview with Aaron Russo can be found here: http://video.google.ca/videoplay?docid=5420753830426590918

Clarifications from the makers of the film:

15:25-15:27
The December 25th birthday denoted to Jesus Christ, as stated by the narration, is not written in the Bible, although it is practiced traditionally. However, this date, known in the Pagan world for the birth of the ‘Sun God’ at the Winter Solstice, is in fact implied by the astronomical symbolism during the birth sequence.
More on this point is addressed in the Interactive Transcript.

53:56-53:59
The text reads:
[« Collapse Characteristics of World T. Center 1, 2 & 7 fit the Controlled Demolition Model Exactly »]
-WTC 7 fits the C.D. model exactly, however Towers 1 and 2 were, in fact, EXPLOSIONS rather than implosions. The means of the demolition of Towers 1 and 2 would be considered « unconventional ». The free fall speed; collapse « into its own footprint » and other such goals of controlled demolition, are however confluent.

1:04:09 -1:04:16
The video here is of the Madrid Bombings of 2004, not the London Bombings of 2005.
It is used as a creative expression and example.

1:09:22- 1:11:05
These extracts from the JFK speech entitled « The President and the Press » from April 27, 1961,
are used as a dramatized introduction to Part 3, and are not exactly in context with the original intent
of JFK’s speech. Though President Kennedy does indeed address the peril of secrecy, denouncing

« secret societies », « secret oaths » and « secret proceedings » in his statements, the latter section is
related to his views on Communism and not these societies.

1:17:14-1:17:20:
The narration states regarding W.Wilson and the Federal Reserve Act:
« Years Later Woodrow Wilson wrote in regret… »
– The notion of « years later » is incorrect. The quote is taken from his book
« The New Freedom » and it was written the same year he signed the Federal Reserve Act.

1:23:35 -1:23:38
There are 2 errors stated in the narration, one computational, the other technical.
1) It should say: (correction in italics) « Roughly 25% of the average worker’s income is taken via this tax »
[According the Bureau of Labor Statistics, the average US salary is about $36,000
which translates to a 25% Federal Income Tax. * 35% is the high tax bracket ]

2) This 25% is not a flat tax against the entire income of that single person for the year.
Rather, the tax is « graduated ». In other words, it is a generalization to say « 25% is taxed », where as there are 2 tax rate brackets under this one, and income is taxed based on each bracket combined, in a graduated manner. Consequently, the statement « you work 3 months out of the year… » is not accurate as it would be less than that in light of the « graduated » nature.

1:27.35-1:27:40:
There is a statement error in the narration. It should say: (correction in italics)
-« J.D. Rockefeller made 200 million dollars off of it [WWI]. That’s about 1.9 Billion by today’s standards »
[It was stated as « 1.9 Trillion », which was misspoken and intended to have been read « Billion », not « Trillion ».
Note: Based on the Consumer Price Index (not the GDP used initially), this conversion can also be figured
at about 3 Billion dollars]



Image du jour

4 10 2007

Le réseau Bush. Cliquez pour agrandir.le réseau Bush



Histoire du Québec et du Canada

22 09 2007

Ceci n’est pas exactement ce qui couvert par le cours de secondaire 4.



Le système bancaire à réserve fractionnelle: la privatisation de l’argent (partie II)

17 09 2007

dixpiastresbmo

Ceci est la deuxième partie d’une série d’au moins trois articles. La première partie est ici. Cette partie est plus technique (et peut être sautée sans perdre trop de l’aspect qualitatif de la chose) mais n’est pas vraiment plus difficile, il suffit d’un peu plus de patience. Dans cet article, on reprend, généralise et étend l’exemple de la partie I aux transactions bancaires les plus communes. Dans le prochain article (partie III) on parlera de l’inflation dans un système bancaire à réserve fractionnelle et d’un peu d’histoire.

Second exemple: plus technique et plus mathématique mais quand même relativement facile

Maintenant prenons notre banque préférée, la banque Grôssbanque. En décembre 1949 la banque Grôssbanque a imprimé un gros billet de R$ (un gros chiffre) et l’a ensuite converti en beaucoup de billets de 100$ et en argent électronique (des «blips» dans l’ordinateur de la banque centrale au nom de Grôssbanque, librement convertibles en argent papier) auprès de la banque centrale tout à fait légalement. Grôssbanque a donc R$ qui lui appartient, mais elle a aussi, grâce aux dépôts de ses dépositeurs (c’est-à-dire les gens qui ont un compte en banque chez Grôssbanque), D$ dans ses coffres forts. Grôssbanque a donc une réserve d’argent de (R+D)$ (cases jaunes dans le Tableau I). Grôssbanque veut faire de l’argent, elle veut donc prêter un maximum d’argent pour un gagner un maximum d’intérêt dessus. Combien d’argent Grôssbanque peut-elle prêter au maximum? Naïvement on croirait que ce serait R$, l’argent qui lui appartient, ou en tout cas, certainement rien de plus que (R+D)$ l’argent qu’elle entrepose dans ses coffres forts. Éh bien non. Grôssbanque peut prêter beaucoup plus que ce qui lui appartient ou que ce qui est déposé dans ses coffres: Grôssbanque peu prêter tant que les réserves de ses coffres forts représentent plus de T% de ses obligations envers ses clients. Autrement dit, si M$ est le montant maximal que peut prêter Grôssbanque, alors on a que:

T = (R+D)/(M+D) * 100

car l’argent que Grôssbanque doit rendre disponible à ses clients est le M$ qu’elle leurs prête et les D$ qu’ils ont déposé eux-mêmes dans leur compte chez Grôssbanque et l’argent qui est en fait disponible à Grôssbanque est le R$ qui lui appartient et les D$ que ses clients lui ont «prêté». La loi requiert alors que le ratio de ces deux quantités soit d’au moins T%. On peu réécrire l’équation d’en haut comme suit:

M = (100/T)*R + (100/T-1)*D

Donc si T est inférieur à 50 (ce qui est le cas pour la majorité des pays), on aura bien que M, le montant d’argent maximal que peux prêter la banque est supérieur à R+D, l’argent qu’a la banque dans ses coffres! Par exemple, pour T = 10% comme aux États-Unis on a M = 10*R + 9*D! La banque crée donc de l’argent qui n’existait pas avant! Notons par ailleurs que plus T est petit, plus la banque peut créer de l’argent. Si T = 0 (un taux minimal de réserve de 0%) cela veut dire que la banque peut créer et prêter autant d’argent qu’elle le veut, indépendamment de l’argent qu’elle possède vraiment ou de l’argent déposé chez elle par des dépositeurs, c’est la situation au Canada depuis 1994.

Pour ce qui suit, nous utiliserons des mini-simili-tableaux-comptables où sont comptabilisées chaque transactions. Notons que le mot passif indique une dette donc, dans la colonne «peuple passif» on inscrit tout ce que le peuple a de dette. Le mot actif indique un avoir, une possession. Et donc l’avoir net du peuple (la case rouge) est le total de la colonne actif moins le total de la colonne passif. Pour Grôssbanque, on a la même chose, ce qu’elle possède est dans la colonne actif et ce qu’elle doit est la colonne passif. Notons ici que pour ce qui est des cases jaunes, l’argent que tient Grôssbanque, la case jaune foncée (brunâtre/kaki) contient l’argent qu’elle est obligé de tenir «dans ses coffres» afin de maintenir son taux de réserve minimal et la case jaune pâle consiste en l’argent «excessif».

Dans ce qui suit, nous allons chercher à calculer l’argent total qui existe au pays. Comment fait-on cela? Premièrement on doit prendre note que l’argent disponible dans le système, c’est le total de l’argent qui peut être utilisé pour acheter des choses. Mais avec quoi peut-on acheter des choses? On peut acheter des choses avec de l’argent comptant détenu par le particuliers, donc le montant dans la case rose fait parti de l’argent total, on peut acheter des choses avec l’argent dans son compte en banque, donc la case bleue fait parti de l’argent total du système, les réserves minimales de la banque ne peuvent pas être utilisées pour acheter des choses car elles doivent rester dans les «coffres de la banque», donc la case jaune foncée ne contribue pas à l’argent total du système, la case jaune pâle par contre est «l’excédant de réserves» de la banque, elle peut donc en disposer comme elle l’entend, donc la case jaune pâle contribue à l’argent total du système. Notons que toutes les cases dans les colonnes «passif» sont des dettes, donc on ne peut pas acheter des choses avec ça, elles ne contribuent donc pas à l’argent total du système. Notons aussi que même si elles sont des dettes, ces cases jaunes n’enlèvent pas d’argent du système (sauf au moment où elles sont repayées). En effet, si Marie Tremblay a une hypothèque restante de 30000$ et a aussi 30000$ dans son compte en banque, elle peut quand même acheter une voiture de l’année à 30000$, elle n’a donc pas zéro dollars mais bien 30000$ et une dette de 30000$. Par contre, comme un le verra plus tard, si à la place d’acheter sa voiture de l’année et de donner ses 30000$ à quelqu’un d’autre, Marie repaie son hypothèque, alors pouf, ces 30000$ disparaissent en fumée, 30000$ viennent d’être détruits. Mais revenons à nos moutons, on a donc que l’argent total dans le système, le montant qui peux être utiliser pour acheter des chose est la somme des cases rose, bleu et jaune pâle.

Récapitulons: au tout début Grôssbanque a R$ qui lui appartient et « le peuple » a D$ qui lui appartient en argent comptant.

On a donc la situation du Tableau 1:

 

Tableau 1:

pics1

Dans le tableau 1 on met que l’argent créé par Grôssbanque et la Banque centrale sont zéro, ce n’est pas exactement vrai, mais bon, pour simplifier les choses on fait comme si ce l’était, comme si on commençait à zéro. On fait comme si l’argent qui existe au tout début n’a été créé par personne. L’argent qui peut être utilisé pour acheter des choses est l’argent que le peuple a en comptant et l’argent que Grôssbanque a dans ses coffres. Car vu que Grôssbanque n’a aucune obligation de fournir de l’argent à quiconque, toute son argent est libre est Grôssbanque n’a pas besoin de garder des réserves car (T/100)* 0 = 0. On a donc zéro dans la case jaune foncée et le restant R dans la case jaune pâle. Et donc, l’argent total dans le système est D+R comme on aurait pu s’y attendre naïvement.

Après un bout de temps le peuple décide qu’il veut mettre son argent à la banque. Le peuple sort donc son argent de dessous et de dedans ses matelas et ouvre des comptes chez Grôssbanque où la totalité de son argent (D$) est déposé. Donc, dans le Tableau 2, dans la case rose de l’argent comptant du peuple on met zéro car le peuple n’a plus d’argent comptant et dans la case bleu de ses comptes en banque on met D$.
Tableau 2:

t2

Du côté de Grôssbanque, Grôssbanque a une dette de D$ envers le peuple car le peuple lui a prêté D$. Cette dette paie des intérêts faibles (comptes épargnes) ou nuls (comptes chèques), on met donc D$ dans la case verte de la colonne passif de Grôssbanque. La case verte est ce que Grôssbanque doit au peuple car c’est l’argent qui est dans les comptes en banque du peuple. La case verte et la case bleue contiennent et contiendront donc toujours le même montant. Dans les coffres de Grôssbanque il y a maintenant R$ qui lui apparient et D$ déposé par le peuple, donc (R+D)$ en tout. Le montant total d’argent que Grôssbanque doit mettre à la disponibilité du peuple (l’argent du peuple dans ses comptes en banque) est de D$, donc Grôssbanque doit garder T/100% de ce montant en réserve est peut faire ce qu’elle veut avec le reste. On a donc que les réserves minimales qu’elle doit garder sont de (T/100)*D$, on met donc ce chiffre dans la case jaune foncée. Dans la case jaune pâle on met les réserves totales (R+D) de Grôssbanque moins ses réserves minimale, donc : R+D – (T/100)*D. Et donc l’argent total qui peut être utilisé pour acheter des choses est la case bleue plus la case jaune pâle, c’est-à-dire que l’argent total dans le système est de D+R+(1-T/100)*D = (R+(2-T/100)*D)$. Ceci est plus qu’avant ! Il y a (1-T/100)*D$ de plus créé par la banque. Pour donner une idée concrète de ce que cela représente, si le peuple avait un million de dollars (D=1000000) et si le taux de réserve minimal est de 10% (T=10) alors 900000$ (900 miles dollars) serait créés. Il y a donc eu création d’argent (par la banque) car une partie de l’argent du peuple, (1-T/100)*D$, peut être utilisé deux fois en même temps ! Le peuple peut utiliser ses D$ comme il l’entend, mais Grôssbanque peut aussi utiliser (1-T/100)*D$ de ces D$ pour acheter ce qu’elle veut car Grôssbanque n’a besoin de garder que T% des dépôts de ses client(e)s dans ses coffres. Notons que le taux de réserve, l’argent dans les coffres de Grôssbanque (somme des deux cases jaunes) diviser par l’argent qu’elle doit rendre disponible à ses clients (case verte) est (R+D)/D*100% ce qui est plus de T% donc Grôssbanque peut faire plus de prêts au peuple puisqu’elle a des réserves excessives. Notons aussi que vu que par définition, dans la case jaune foncée, on a le montant de la case verte multipliée par T/100, le taux de réserve sera à T% lorsque l’argent libre de Grôssbanque, la case jaune pâle, est à zéro. Tant qu’il reste de l’argent libre à Grôssbanque, Grôssbanque peut prêter plus d’argent au peuple.

C’est bien le cas présentement, comme nous l’avons précédemment calculer au deuxième paragraphe, Grôssbanque peux prêter M$= [(100/T)*R + (100/T-1)*D]$ de plus au peuple (pour des hypothèques par exemple). Pour ce faire, Grôssbanque écrit simplement un crédit de M$ aux comptes du peuple. Les comptes du peuple, la case bleue, ont donc maintenant (D+M)$ comme on peut le voir dans le Tableau 3. Evidemment, la banque ne prête pas cet argent gratuitement, elle prête à un taux d’intérêt relativement élevé. Le peuple contracte donc ainsi une dette à intérêt élevé auprès de Grôssbanque : les deux cases beiges. La case verte est l’argent que Grôssbanque doit fournir au peuple s’il décide de vider ses comptes en banque chez Grôssbanque, on a donc D+M dollars dans cette case.
Tableau 3:

t3

Mais d’où provient donc les M$ = [(100/T)*R + (100/T-1)*D]$ que Grôssbanque prête ainsi au peuple ? Il y a premièrement les R$ que Grôssbanque possède, mais ensuite il y aussi les (M-R)$ = (100/T-1)*(D+R)$ que Grôssbanque crée de toutes pièces mais qui n’existe réellement pas et donc qu’elle doit «détruire» à un moment donné. Notons que ce montant d’argent est bien plus que le montant d’argent qu’y existait au début : si le taux minimum de réserve est de 10% alors T = 10 le montant d’argent créé de toutes pièces par Grôssbanque est 9*(D+R) donc neuf fois le montant total d’argent initial ! Bien entendu comme, pour Grôssbanque, l’argent qu’elle crée de toutes pièce est pour elle comme une sorte d’emprunt sans aucun frais d’intérêt qu’elle peut prêter à des taux d’intérêts élevés, Grôssbanque est peu encline à détruire cet argent créé de toutes pièces.

Mais qu’arrive-t-il si Marie, une personne du peuple, sort x$ (en argent comptant disons, car si elle donne un chèque ou paie débit rien ne se passe de notre point de vu) pour acheter une maison ? Premièrement si Marie sort x$ comptant, alors elle a x$ en argent comptant (ou «libre») et doit soustraire x$ au montant de son compte en banque (case bleue). Deuxièmement les réserves de Grôssbanque sont aussi diminuées de x$ car Grôssbanque doit puiser dans ses réserves pour donner x$ à Marie, donc Grôssbanque a donc des réserves de (R+D-x)$ . Mais de par la loi Grôssbanque doit maintenir des réserves d’au moins (T/100)*(D+M-x)$ = [D+R-(T/100)x]$. Grôssbanque se retrouve donc dans une situation illégale, ses réserves sont à court de (1-T/100)*x$, ce que le note en mettent (1-T/100)*x dans la case jaune pâle passif. C’est-à-dire que Grôssbanque est dans le rouge pour ce qui est de son Argent «libre». Par définition on définit y comme étant y = (1-T/100)*x afin de se simplifier un peu la vie. Notez bien aussi que comme le peuple a autant d’argent avant que Marie ait retiré de l’argent qu’après mais que Grôssbanque se retrouve avec un déficit de y$ dans son argent «libre» après le retrait cela veut dire qu’en retirant x$ en argent comptant, Marie a entraîné la destruction de y$. Plus concrètement, si Marie a retiré 10 000$ et que le taux de réserve minimal est de 10% alors y$ = 90 000$ et donc Marie aurait forcé la banque à détruire 90 000$ de l’argent qu’elle avait préalablement créé. Vous noterez que dans le Tableau 4. Grôssbanque a en effet créé y$ de moins que dans le Tableau 3.

Tableau 4:

t4

Grôssbanque a alors deux solutions, soit elle emprunte de l’argent d’une autre banque, soit elle emprunte directement à la banque centrale. Comme on suppose ici que Grôssbanque représente l’ensemble des banque du pays, Grôssbanque emprunte y$ de la banque centrale à un taux d’intérêt moyen (plus haut que le taux d’un compte épargne mais plus bas qu’un taux hypothécaire). Grôssbanque emprunte donc cet argent est la laisse dans ses coffres afin de satisfaire à son taux de réserve minimum requis comme on peut le voir dans le Tableau 5. Mais ces y$ que la banque centrale a prêté à Grôssbanque viennent d’être créé par la banque centrale, soit en les imprimant sur du papier pour ensuite les livrer à Grôssbanque ou plus probablement simplement en l’inscrivant dans le système informatique. On rajoute donc y$ = (1-T/100)*x$ aux réserves de Grôssbanque ce qui a pour effet de remettre la case jaune pâle à zéro. Par contre, Grôssbanque contracte une dette de y$ envers la banque centrale, on l’inscrit dans la case orange à intérêt moyen. Notons que les y$ créé par la banque centrale remplacent exactement les y$ détruit lors du retrait par Marie de x$. L’effet global donc de retirer de l’argent à son compte en banque (dans un système de réserve fractionnelle où T n’est pas zéro) est de détruire de l’argent créé par des banques privées et le remplacer par de l’argent créé par la banque centrale. Contrairement à l’argent qu’elle crée elle-même, une banque privée doit payer des intérêts (quoi que moins que le peuple en général) sur l’argent créé ainsi par la Banque centrale. Donc si plusieurs personnes commencent à retirer de l’argent en même temps d’une banque privée cela peut lui coûter très cher (c’est ce qui se passe actuellement avec la banque anglaise Northern Rock) et même si les gens retire assez d’argent pour qui la banque centrale ne veuille plus lui prêter de l’argent alors la banque privée peut faire faillite.

Tableau 5:

t5

Par la suite Marie donne ses x$ en argent comptant à Julie en échange d’une belle maison en Gaspésie. Il n’y a alors aucun changement dans notre Tableau car il n’y pas de transaction entre Grôssbanque et le peuple, seulement un échange entre une personne du peuple et une autre.

Tableau 6:

t6

Évidemment, Julie ne désire pas garder un gros montant d’argent ayant la valeur d’une maison en argent comptant chez elle, donc elle va porter cet argent à la banque, elle dépose donc x$ dans son compte chez Grôssbanque. Ceci a pour effet qu’elle n’a plus d’argent comptant, donc la case rose est remise à zéro. Cela ajoute aussi x$ aux comptes du peuple donc on ajoute x à la case bleu et à la case verte. Et finalement cela rajoute x$ aux réserves de Grôssbanque qui sont donc maintenant de (D+R+y). Comme les réserves minimal que doit avoir Grôssbanque sont de (D+M)*(T/100)=D+R, Grôssbanque a y$ d’argent libre, comme on peu le constater dans le tableau 7.

Tableau 7:

t7

Comme Grôssbanque a y$ d’argent libre, elle peut faire ce qu’elle veut avec cet argent et, par exemple, elle peut repayer sa dette envers la banque centrale. Grôssbanque repaie donc sa dette envers la banque centrale, pour ce faire elle utilise sont argent «libre» et donc la case jaune pâle est remise à zéro. Puis, comme Grôssbanque a repayé sa dette, la case orange est aussi remise à zéro et l’on obtient le Tableau 8 qui est en fait la même chose que le Tableau 3 car on est revenu à la même situation. Les y$ que Grôssbanque donne à la Banque centrale soit sous forme papier soit sous forme électronique sont alors effectivement «détruits» par la banque centrale. Si l’argent était sous forme électronique alors elle est réellement détruite, si l’argent était sous forme papier alors (si l’argent est toujours en bon état) l’argent est tout simplement retiré de la circulation et placé dans un coffre fort pour être entreposé jusqu’au moment ou la banque centrale aura besoin de créer plus d’argent papier, alors la banque centrale pourra sortir cet argent et le mettre en circulation.

Tableau 8:

t8

Maintenant qu’arrive-t-il si Marie arrive à économiser assez d’argent pour payer une partie ou le tout de son hypothèque ? Marie fait un paiement de H$ à la banque. Comment procède-t-on pour effectuer le paiement ? Premièrement, elle paie H$ de ses dettes donc les cases beiges, les dettes du peuple envers Grôssbanque, diminuent de H$. Deuxièmement, elle effectue ce paiement à partir de sont comte bancaire donc H$ est débité de son compte donc on enlève H à la bleu et à la case verte. Mais puisque la case verte a changée, les réserves minimales que doit garder Grôssbanque ne sont plus les mêmes. Les réserves minimales sont maintenant (T/100)*(D+M-H)$ et donc il y a T*H/100$ qui devaient être dans la réserve mais qui sont maintenant «libérés». Et donc globalement, il y a H$ de moins parce que le peuple a perdu H$ en repayant la banque mais la banque a T*H/100$ de plus dont elle peut disposer comme elle veut et donc en somme (1-T/100)*H$ que Grôssbanque avait créé ont été détruits comme vous le constaterai en comparant le Tableau 9. avec le Tableau 8. Et donc si l’hypothèque H de Marie était de 100 000$, et que le taux de réserve minimal est de 10%, en repayant son hypothèque de 100 000$ il y 90 000$ qui sont partis en fumé.

Tableau 9:

t7.3

Évidemment, Grôssbanque va la reprêter un maximum d’argent à quelqu’un d’autre afin de pouvoir gagner de l’intérêt dessus. Et donc, par exemple, Grôssbanque pourrait prêter H$ (c’est évidemment le maximum qu’elle peut prêter si elle recrée les (1-T/100)*H$ qui viennent de disparaître) à Jean afin qu’il s’achète un voiture de l’année. On retrouve alors exactement la même situation qu’on avait avant que Marie paie son hypothèque comme on peut le constater en comparant les Tableau 10. et 8.

Tableau 10:

t7.6

Mais notez que si Jean pense que ça va mal au travail et qu’il risque de perdre son emploi ou que son salaire va être coupé ou va stagner alors il ne voudra pas emprunter pour acheter une voiture. Et si Grôssbanque trouve personne pour emprunter plus d’argent alors les (1-T/100)*H$ ne réapparaîtront pas et il y aura réellement moins d’argent dans le système.

C’est pour ça qu’à la télé ou dans les journaux, on parle tant du «sentiment des consommateurs» ou de «l’indice de confiance des consommateurs». Et c’est pour ça qu’on incite subtilement les gens à dépenser et non pas à économiser. Car, dans le système actuel de réserve fractionnelle, même si individuellement chaque individu à avantage à économiser devant une économie ralentissente, si les consommateurs en général sentent que les temps vont être durs et se mettent à économiser et payer leurs dettes au lieu de dépenser et consommer, des sommes massives d’argent vont être détruites (non seulement ça, mais la «vitesse» de l’argent, la vitesse avec l’argent change de mains, diminue, ceci a le même effet que la destruction de l’argent comme nous allons le voir dans la partie III de cette série d’articles). Et qui dit moins d’argent dit une économie qui roule moins vite. Qui dit moins d’argent, dit aussi pas assez d’argent pour acheter tous les biens produits. Les entreprises ont donc le choix entre ne pas vendre leurs produits, ou les vendre en dessous du prix coûtant. Ceci précipitera donc une récession. Cette sorte de récession est ce que les économistes (une bande de crack-potes avec des oeillères plus grosses que la tête) et les médias (soit totalement ignorants, soit décevant intentionnellement les gens) aiment à appeler une «crise de surproduction» (cette expression me fait tellement rire, elle est tellement absurde, elle est pire que le double-speak orwellien et l’absurde d’Ionesco combinés, comment se peut-il que l’on produise trop alors qu’il y toujours pleins de gens dans la pauvreté la plus abjecte, pleins de gens sans nourriture, sans maison, avec que peu de vêtements, alors qu’il y a toujours pleins de gens qui travaille à se briser le dos mais qui arrivent à peine joindre les bouts?!? comment peut-il y avoir surproduction dans de telles circonstances??). La solution dans le système actuel? La destruction des moyens de production: la fermeture d’usines et d’entreprises par la faillite (une partie de leurs équipement et infrastructures se font acheter à rabais par les plus grosses entreprises qui ont assez d’argent en réserve pour survivre la récession (un exemple actuel de ça est l’annonce hier du possible achat de Nothern Rock par HSBC ou Lloyds en Angleterre) mais ne sont pas utilisées dans l’immédiat car les stocks sont suffisant pour satisfaire à la «demande») pour les plus petites qui sont plus vulnérables et la fermeture temporaire des moyens de productions des plus grosses entreprises. Cela «résout» le problème de deux façons: premièrement, la masse d’employé(e)s licencié(e)s ne peuvent plus se permettre «le luxe» d’économiser et de payer leurs dettes (ce qui détruit l’argent), certain(e)s doivent même s’endetter (ce qui crée de l’argent) de nouveau juste pour survivre, deuxièmement, les petites et moyennes entreprises ayant été éliminées il y a moins de produits sur le marché, l’offre et plus faible, il y a donc une sorte de rééquilibrage de l’offre et de la demande, mais plus important encore, les grandes entreprises se trouvent en position de quasi-monopole, elles peuvent donc fixer leurs prix (au dessus du prix coûtant) sans égare au fait que la population en général n’a plus les moyens de payer ces prix (parce qu’il n’y a plus autant d’argent le système), de toute façon, la population peut toujours s’endetter (ce qui crée de l’argent) afin de se loger et de se nourrir. Donc en fait, une récession n’est pas si mal (c’est même très bien), pour les plus grandes entreprises car cela élimine la compétition et leur permet de garder une position dominante, et comme bonus, elles peuvent se rééquiper, augmenter leurs concessions d’exploitations de ressources naturelles (terres agricoles, champs de pétrole, quotas de production, mines, etc.) et agrandir leur infrastructure à peu de frais en achetant les résidus de leurs défuntes compétitrices. Des récessions à intervalles réguliers sont presque essentielles aux grandes entreprises (et banques) afin de préserver leur position dominante, d’ailleurs ces compagnies (mais surtout les banques) ne manquent pas d’inciter régulièrement la banque centrale à provoquer des récessions, et comme les dirigeant(e)s de la banque centrale sont des banquièr(e)s qui ont déjà et qui retournerons sûrement travailler dans le secteur privé les banques privées et les entreprises qu’elles représentes n’ont pas trop de mal à se faire entendre. Mais le plus drôle dans tout ça, c’est qu’on entend souvent dire que le problème de surproduction est inhérent au capitalisme. Strictement parlant c’est totalement faux, ce problème est inhérent au système bancaire que nous utilisons, par exemple, dans un pays où l’on utiliserait un système bancaire de Crédit Social (voir la section «articles de mise en contexte» du blogue) on n’aurait pas de problème inhérent de «surproduction» et ce serait toujours un système capitaliste (dans le sens que les moyens de productions peuvent toujours être de la propriété privée).

Après qu’un an soit passé (ou quelconque période) le temps de verser et de collecter les intérêts est arrivé. Grôssbanque doit payer de faibles (ou pas du tout si c’est un compte chèque) intérêts au peuple sur le montant dans la case verte du Tableau 10. et le peuple doit payer des intérêts élevés sur le montant inscrit à la case beige. Disons que la banque reçoit I$ en intérêts et dois payer i$ en intérêts au peuple. I est un montant supérieur à i sinon la banque ferrait vite faillite et dans la pratique ce nombre est immense. Soit donc P$ = (I-i)$ le montant nette que Grôssbanque reçoit du peuple. Alors le peuple doit payer un montant P$ à Grôssbanque. Comment faire ? La case verte qui est égal à la case bleu est le montant d’argent que Grôssbanque doit au peuple, il suffit donc de soustraire P de ces deux cases. Mais alors, le montant de réserve minimum devient (T/100)*(D+M-P)$= [D+R-(T/100)*P]$ ce qui veut dire que l’argent «libre» de la banque est (T/100)*P. Par contre le peuple a perdu P$ donc globalement il y a eu destruction de (1-T/100)*P$ et la situation est comme illustrée au Tableau 11.

Tableau 11:

t9
Mais évidemment, encore une fois, Grôssbanque voulant maximiser ses profits va prêter autant d’argent qu’elle peut dans la limite du légal. Le montant maximum K$ qu’elle peut prêter est tel que (D+R)/(K+[D+M-P]) = T/100. Ce qui signifie que K = P. Donc Grôssbanque peut (créer et) prêter P$ au peuple. Puisque Grôssbanque prête P$ de plus au peuple, en plus du M$ déjà prêté, on devra ajouter P aux cases beiges. Grôssbanque doit mettre l’argent à disposition du peuple dans leur comptes en banque et donc on doit aussi ajouter P à la case bleu et à la case verte. Pour ce qui de l’argent «libre» de la banque on sait qu’il n’en restera plus car on a choisi de prêter le maximum d’argent. On se retrouve donc avec la situation suivante telle que décrite par le Tableau 12.

Tableau 12:

t10
Et on voit donc qu’au bout du compte, le montant total d’argent est le même qu’avant que les intérêts soient payés sauf que maintenant le peuple est plus endetté et plus pauvre et Grôssbanque est plus riche.

Mais maintenant qu’arrive-t-il si la population du pays augmente et production du pays augmente ? Il y a plus de gens et plus de produit donc on a besoins de plus d’argent dans le système pour pouvoir continuer toutes les transactions quotidiennes au même rythme qu’avant. Comment fait-on pour augmenter le quantité d’argent dans le système ? C’est assez bizarre mais c’est tout de même assez simple. Si la banque centrale décide qu’on doit augmenter la quantité d’argent en circulation, elle crée N$ disons et elle les prête (de façon presque permanente) aux banques privées à un taux d’intérêt moyen. Grôssbanque reçoit donc un prêt de N$ de la banque centrale et donc les réserves de Grôssbanque augmentent de N$ mais aussi ses dettes à intérêt moyen (case orange) augmentent de N$. On se retrouve donc dans la situation du Tableau 13.

Tableau 13:

t11

Évidemment, Grôssbanque ne va pas laisser l’argent se reposer dans ses coffres car elle doit payer de l’intérêt sur cet argent et donc si l’argent reste dans ses coffres à rien faire Grôssbanque va perdre de l’argent. Grôssbanque veut faire comme d’habitude et prêter le plus d’argent possible à un haut taux d’intérêt. La question est donc de savoir combien d’argent Grôssbanque peut prêter au peuple. Les réserves de Grôssbanque sont maintenant (R+D+N)$. Le montant maximal qui K$ qui peut être prêté doit satisfaire à l’équation (R+D+N)/(D+M+K)=T/100 ce qui impose que K = (100/T)*N. Ce qui veut dire par exemple, si T = 10, que Grôssbanque peut prêter 10 fois le montant d’argent qui lui a été prêté par la banque centrale. Ceci veut dire que Grôssbanque crée 9*N$ à partir de rien, totalement gratuitement et ensuite prête cet argent au peuple à des taux d’intérêts élevés. Pour ce qui est du N$ que la banque centrale lui a prêté elle le prête aussi à un taux d’intérêt élevé, plus élevé que le taux moyen auquel la banque centrale lui a prêté. On se retrouve donc dans la situation décrite par le Tableau 14.

Tableau 14:

t12

Ce qui est le plus scandaleux est que, à toute fin pratique, cette méthode de créer l’argent est l’unique méthode utilisée. Ceci veux dire que (si T = 10 mais dans les faits T tourne plus au tours de 2) pour chaque dollars créé par le gouvernement, 9 dollars sont créés par des banques privées. Non seulement ça mais pour créer plus d’argent il faut absolument que quelqu’un quelque part s’endette et donc si un jour toutes les dettes étaient payées il ne resterait presque plus d’argent ! En fait la situation est encore pire que ça parce que pour des pays comme le Canada, l’Angleterre et la Suède, T=0 et donc les banques privées peuvent créer autant d’argent qu’elles le souhaitent. Et pour les autres pays, le taux minimal de réserve ne s’applique pas sur tous les comptes bancaires mais seulement les comptent courants (les comptes chèques) et donc les banque peuvent créer autant d’argent qu’elles le veulent tant que cet argent se retrouve dans des comptent épargne. Les banque doivent seulement satisfaire à la contrainte que R/C >T/100 où R est le montant d’argent que la banque a dans ses coffres, C est la somme des montants de tous les comptes courants de cette banque et T est le taux minimal de réserve.

Pour mieux comprendre l’amplitude de l’argent créé par les banques privées regardez le graphique ci-dessous qui se rapporte aux dollars étasuniens. M1 est l’argent «libre» des banques et les comptes courants. M2 est, grosso modo, les M1 plus les comptes épargnes, les comptent d’investissement, etc. et M3 est, grosso modo, M2 plus les dollars étasuniens à l’extérieur du réseau financier étasunien (en Suisse par exemple).

 

Components of US money supply (M1, M2, and M3) since 1959

 

Dans les prochaines parties de la série nous aborderons l’inflation et les cycles économiques.

Autres parties de la série: Partie I, Partie II, Partie III, Partie IV

sources:

  1. http://en.wikipedia.org/wiki/Fractional_reserve_banking
  2. http://en.wikipedia.org/wiki/Reserve_requirement
  3. http://en.wikipedia.org/wiki/Local_currency
  4. http://fr.wikipedia.org/wiki/Banque_du_Canada#Histoire
  5. http://en.wikipedia.org/wiki/Bank_of_Canada#History
  6. http://en.wikipedia.org/wiki/Royal_Canadian_Mint
  7. http://en.wikipedia.org/wiki/Full-reserve_banking#Monetary_reform
  8. http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9dit_social
  9. http://fr.wikipedia.org/wiki/Finance_islamique
  10. http://en.wikipedia.org/wiki/Islamic_banking#Principles
  11. Lois sur la Banque du Canada
  12. http://en.wikipedia.org/wiki/Money_supply


L’impôt fédéral serait-il inconstitutionel?

3 09 2007

RQ vs. ARCIl est assez connu que l’impôt est anticonstitutionel aux États-Unis mais pourrait-il l’être aussi au Canada. Je suis récemment tombé sur un article qui dit que oui. L’article 92 de la constitution canadienne définit les pouvoirs exclusifs provinciaux et y inclu notemment « [l]a taxation directe dans les limites de la province, dans le but de prélever un revenu pour des objets provinciaux». L’impôt étant une forme de taxation directe, l’article conclu que l’impôt fédéral est anticonstitutionel. L’Agence du revenu du Canada (ARC) répond quant à elle que l’article 91 de la constitution qui établi les pouvoirs du fédéral dit que «(nonobstant toute disposition contraire énoncée dans la présente loi) l’autorité législative exclusive du parlement du Canada s’étend [au] […] prélèvement de deniers par tous modes ou systèmes de taxation», et que l’ARC a le droit de prélever l’impôt fédéral. Le problème c’est que c’est pas trop claire comment doivent être intérpretés ces deux articles. Je vois 3 possible intérprétations:

  1. L’article 92 a précéance sur l’article 91 (vu le «nonobstant» de l’art. 91 et le fait qu’il n’y a pas de «nonobstant» à l’art. 92) et donc le Canada ne peut pas prélever de taxes directes dans les limites des provinces. Le Canada peut donc seulement prélever destaxes indirectes dans les provinces et s’il prélève des taxes directes il ne peut le faire que dans les territoires (Yukon et TNO). Autrement dit les taxes directes sont exclusives aux provinces dans ces dernières.
  2. L’article 92 a précéance sur l’article 91 (vu le «nonobstant» de l’art. 91 et le fait qu’il n’y a pas de «nonobstant» à l’art. 92) et donc le Canada ne peut pas prélever de taxes directes dans les limites des provinces s’il dépense ensuite cet argent pour «des objets provinciaux». Autrement dit, le prélevement de taxes directes pour des objets provinciaux est exclusif aux provinces.
  3. Le fédéral peut utiliser tous les modes ou systèmes de taxations ce qui inclu l’impôt.

Personnellement, en relisant ces deux articles plusieurs fois il me semble que l’intérprétation 2 est la plus logique. Evidemment la 3e interprétation est possible car il y a un impôt fédéral. La première intérprétation semble aussi possible car elle semble avoir reçu l’appuie d’un tribunal l’an dernier.

Mais, comme on le sait tous, le fédéral dépense des milliards dans les champs de compétence provinciales et donc dans les faits l’interprétation 1 et 2 reviennent au même. Il me semble que ces deux interprétations possible sont une arme considérable pour les souverainistes. Si l’on souscrit à l’une ou l’autre, les québecois(es) sont en droit de ne pas payer leurs impôts au fédéral et que ferait le fédéral sans l’impôt du Québec?

Voici le texte original que j’ai vu, il parle un peu de l’histoire du sujet aussi:

Canada’s Federal Income Tax is unconstitutionalThe constitution gives the Federal Government the right to issue its own currency


Here are excerpts from a paper that was delivered in October, 1991, by Mr. Murray Gauvreau, of Alberta, at a seminar of the Canadian League of Rights, in Calgary, which was published in the July, 1992 issue of « The Canadian Intelligence Service » (55 – 8th Ave. S.E., High River , Alberta T1V 1E8):


by Murray Gauvreau
_____________
________

I would like to talk with you today about money, interest, debt, and taxation. Thank you for your interest and for coming to hear me speak. I’m sure that all of you are interested in Imcome Tax, and the GST. I will no doubt give you some enlightening facts. In order to fully understand the problem that we face today in Canada, we will briefly discuss some important aspects of our history.

In addition, I will try to give you an understanding of how the many taxes we now pay have come about. I will also propose some solutions to our dilemma. But please keep this in mind: our problem is perceived to be vast and complex, and it is intended by those in power that you feel exactly that way, so that you will feel helpless to do anything about it. But after today you will know for certain that our problem is not complex at all, and neither is its solution.

1867 – the B.N.A. Act

As a result of having taken advantage of the many career advancement courses offered by the life insurance industry, I became aware that the banks have exclusive right to issue currency in Canada, as determined by the Federal Bank Act. But I didn’t see them printing money, so I decided to find out exactly how they do issue currency. My search led me back into the early history of our nation, and into the history of our Province…

So let’s go back a ways, to the year 1867, and look into the pages of the Canadian Constitution, commonly known as the British North America (B.N.A.) Act. Therein lies the real solution to the ailments, both social and economic, that our country suffers from today. It is the same document today that it was when it was written so long ago.

The B.N.A. Act was written in order to establish the legal basis for this country. All laws enacted in Canada, whether by municipal, provincial, or federal government, must comply with the terms of the B.N.A. Act. If they do not, they are then unconstitutional, or in legal terms « ultra vires, » and can be disallowed as law. The document belongs to the people of Canada, and not to the parliamentarians or the courts, or to the Prime Minister and the Premiers… It belongs to the people.

The Canadian Constitution was not changed or altered when it was brought home by Mr. Trudeau, as some suggest. However, there was a very important addition made to it at that time. That addition was the Canadian Bill of Human Rights. Today the Canadian Constitution, as we know it, is comprised of the original B.N.A. Act, and the Human Rights Act, together…

Direct taxation belongs to provinces

There are two specific sections of the B.N.A. Act that deal with the delegation of authority between the Federal and Provincial Governments. Sections 91 and 92 deal with authority for various types of taxation, who has authority to levy which taxes, and various other areas of jurisdiction.

The Act is very specific in its direction. The right to tax income, known as « direct » tax, was delegated to the provinces; and it was clearly indicated that any monies so raised must be raised provincially, and used for provincial purposes. The Federal Government was denied the right to levy income tax.

But the Supreme Court of Canada goes further. It states that no level or government is allowed to transfer its authority to another level of government, and if transfer were attempted by one level, it could not legally be accepted by another.

On October 3, 1950, the Supreme Court of Canada handed down a decision in the case involving the Lord Nelson Hotel of Halifax, Nova Scotia, against the Attorneys-General of Nova Scotia and Canada. The case involved the transfer of powers from the Provincial to the Federal Government, and was directly related to the income Tax Act. In a seven-judge unanimous decision, the highest court in our land ruled that power transfers cannot legally take place. The Federal Government was given until 1962 to remove itself from all such power-transfer agreements, including the Income tax business, and scrap the Income Tax Act…

Clearly, the Federal Government has no constitutional right to engage in the Income Tax business, or any other type of direct taxation, whether on behalf of itself or on behalf of the provinces. Therefore, the Income Tax Act is, in itself, unconstitutional, and need not to be obeyed…

The Federal Government can create its own currency

It is interesting to note that the same sections of the B.N.A. Act that disallow the Federal Government the right to collect income tax, did however provide for a means whereby the Federal Government could raise capital. Sectons 91 (14, 15,16, 28, 29, and 20) give the Federal Government the authority, and the responsibility, for the control and issue of our currency, based upon the resources and wealth of the nation. They were given an unlimited supply of debt-free money with which to operate the contry. All they had to do was print it. And they did just that for the first 46 years of our country.

Government gives banks credit monopoly

Then, some 46 years after Confederation, in 1913, our parliamentarians were poorly advised in committing a grave injustice to future generations of Canadians by passing an amendment to the B.N.A. Act (without referendum!) commonly known as the Bank Act. By this act, the Federal Government gave to the banking system the sole right to create the financial credit (in reality, the « money ») of our nation. And for the last 79 years, the private banking system has been exercising this monopolistic prerogative of creating and controlling the Canadian people’s financial credit.

Well, banks don’t work for free… they charge « interest. » They even charge interest to the Government. And interest can never be repaid; it just keeps adding up, and up, and up, until today our national debt alone is approaching $600 billion.

Shipwrecked on an island

(Editor’s note: At this point of his speech, Mr. Gauvreau explains in detail the same story related by Louis Even in « The Money Myth Exploded, » formerly called « Salvation Islan »:)

Let’s assume that those of us here this afternoon are shipwreck survivors, and that we are stranded on a deserted island. Our only means of survival are to help each other by each doing those things that are necessary for the betterment of our new community, until we can be rescued. One of us becomes a farmer, one a fisherman, one a carpenter, and so on.

Each of us has his own role to play for the survival of the community. No one has any money, and at least for the time being, there is no need for money, All are contributing equally, and all are on the same economic level. We are satisfactorily exchanging our goods and services by barter. But gradually, as the community evolves, it becomes apparent that money will be necessary. Bob already has a house, and the carpenter doesn’t need another hundred pounds of fish. But we do need to associate, cooperate, and continue to contribute to the community. There needs to be an acceptable and equitable means of exchanging our goods and services…

Then one day, as the community is sitting on the beach, talking about their problem, we notice another raft approaching the island. All are happy to see a new face, and we greet the new arrival warmly. As we continue to talk, someone in the community tells the vew arrival about our dilemma, about how we started the community, developed it, built it through cooperation, and advanced to the point where we now need some form of exchange to help make the community grow and flourish. The new arrival’s eyes light up. « I have the answer to your problem, » says the new arrival. « I’m a banker. I’ll set to work right now to print you some money. »

The next morning, the whole community meets in front of the banker’s new house. As the banker distributes the money, he reminds us that the money belong to him, and that we do not « own » it, but that we can only « borrow » it, and that we must pay a small fee for the privilege of borriwing it. We can pay that at the end of the year. And he requests that each person sign the agreement to pay 5%, which is certainly not excessive interest.

The debt cannot be paid back

The first year goes by. The community functions and prospers during the year; then at the end of the year we return to the banker, to pay him back what we had borrowed. But we find, to our dismay, that we cannot repay the loan, because we do not have enough money. We find that we now owe all that we had borrowed, plus 5%, which is the interest. The $1,000 that we had borrowed has now become $1,050. Since there is obviously no way to pay back the $50, which is the interest, the banker suggests that we leave the loan on the books as a $1,000, leaving a lesser amount of $950 for each of us to operate on for the next year. Seeing no other real answer, the community agrees to the new terms, and attempts to operate with less money for another year.

At the end of the second year, the community faces a similar, but greater, problem. In buying down the loan, we find that our operating capital has now been cut by 10%, to $900. We realize that if the plan is allowed to continue, the banker will own the island, in its entirety, having contributed nothing but the paper and ink (bookkeeping) that was used to monetize the community’s real credit in the first place. Some of the islanders protest.

But the banker has now had a couple of years to prepare for this day. To counter the objection that is inevitable, he has taken evasive steps. He has used the time to develop credibility in the community to educate us as to how valuable his service is, and what a fine contribution he has made to the community. He established colleges and universities majoring in economics, and teaches our children and our educators all about his money system. He ensures that few, if any, in the community are aware that there is another way; and he encourages the community to discount as ridiculous any suggestion that there could be a better way to finance a community…

The solution: Social Credit

Then one day, one of the islanders decides to take a walk along the beach and deliberate upon what has happened to the community. As he strolls along, head down, thinking, he notices what appears to be the corner of a book sticking out from the sand. He kneels, and picks up the book and brushes it off. The title, though tarnished from time, wind, and tide, is still readable – « The Meaning of Social Credit. » The islanders had never heard of this before, but he has not had a book to read for a long time, so he sits down on the beach to read it. A nd as he reads, he becomes more and more interested and excited. He realizes that this book holds the real answers to his island’s financial problem. The book describes how a community can function very well by simply creating a Balance Sheet, a system of debits and credits…

He runs back to relate the exiting news of his discovery to the rest of the community. As he gathers the islanders to discuss his find, the banker watches with concern. Is his jug up? Has he been found out? Is the community finally ready to take back its property, and reconstruct it, and once again have prosperity and cooperation?

Friends, only you can answer these questions, because the island I talk about is your country, and the community I refer to is all of us.

The story paints a rather dismal picture of the banking system in our country. Please understand, the average bank manager, teller or loans officer, has absolutely no knowledge of what you have just learned. They are merely pawns in a much larger game. But rest assured, those in the upper levels of management in the finance industry are absolutely certain of what they are doing, and how it affects the citizens of this country… Any system that enslaves and controls a population in the way that our finance system does, cannot possibly be from the Lord. So there is only one other place it could come from…

Banks do not lend out depositors’ money

Does anybody here know where the banks get the money that they lend out? Actually, most people assume that they lend out depositors’ money. But the Bank Act specifies that the bank must retain the depositor’s money on account, and must pay him interest on it.

So, where else might the bank get the money?

The Bank Act also specifies that the bank may create, out of nothing, new credit (« money ») through loans, but that it must have a relationship to the deposits. Originally, the banks were allowed to lend out six times their deposits, but today banks are allowed to issue new credit up to 26 times their deposits. That means that if I deposit my $1,000 in a Canadian bank, then that bank can issue loans to the tune of $26,000… Go to the bank, get a loan, and ask for the loan proceeds in cash. No matter the size of the loan, you cannot get it in cash – it must be deposited to your account, and cheques written in order to access the money. No tangible money is ever created; only debits and credits (figures) are created…

Today in Canada, the only source of money, whether private, corporate, or governmental need, is a loan from a bank. But you can never borrow your way out of debt. You can only borrow your way into bankruptcy, at which time you turn your back on your assets and your hard work, and give up possession of it to those to whom you owe money, but who gave absolutely no vested interest in your property…

1917: the Federal Income Tax

Now that we understand that the national debt can never be fully repaid using the current system of finance, the question arises: How, then, does it get paid? In 1917, after finding out that the debt was beginning to build, the Federal Government usurped the powers of the provincial governments and, under the guise of the War Debt, instituted the War Debt Income Tax Act. The Act was unconstitutional then, and it is still unconstitutional today. When it was enacted, it was on a voluntary basis, at a rate of 10%, and applied only to those earning $10,000 or more per year. In 1917, the average yearly salary was about $250.

The Income Tax Act could have more appropriately been named the Bank Interest Debt Income Tax Act; but then, people would have fought to the death to keep it out of effect. Since that time, the Federal Government has seen fit to increase the tax rate as high as 65% on high-income individuals, and has also seen fit to remove the lower limits to the point that, as you know, everyone is required to pay…

And now we have had the GST, which in my opinion is equaly as unconstitutional, rammed down our throats by a group of MPs that brashly and boldly declare that they are smarter than we are, and they know best…

Facing up to reality

Our Federal Government has gone so far away from the Constitution, in nearly every area of jurisdiction, that it now conspires to change it altogether. But that is not the solution. Getting back to the way it was written is the solution…

Each one of us selects his mode and method of doing battles with oppressive government. Some of us do it by speaking out… some of us join non-party political groups, some of us pray, and most of us do nothing. We have a condition called the « ostrich syndrome. » If we ignore it and don’t look at it, it might go away! But remember this: if your head is in the sand, your butt is an open target!

The Hart System: tax avoidance Federal Income Tax is illegal

I handle my fight personally using a system called the Hart System of Effective Tax Avoidance. Gerry Hart passed avay recently in Winnipeg, but not before becoming Canada’s undisputed champion No. 1 tax fighter. Mr. Hart for many years opted to take an aggressive and active position against oppressive government, and he has not paid income tax in nearly 50 years. During that time, he has been imposed upon, charged, harassed, his privacy invaded, and his person subjected to illegal search. But he has never given an inch. He has been to the Manitoba Court of Appeal 22 times, but has never lost.

In 1950 Gerry Hart received a copy of a Vancouver newspaper article which reported on a recent ruling made by the Supreme Court of Canada. He then requested a copy of the ruling itself, from the Supreme Court Chancery in Ottawa. He also requested a copy of the B.N.A. Act, because the ruling quoted various sections of that document. He found, just as the newspaper had reported, that Section 91 and 92 of the B.N.A. Act do not allow for the Federal Government to be in the Income Tax business.

The two documents – the Supreme Court ruling and the B.N.A. Act – have been the basis of his battle, and the only two cocuments he has needed. He has never had the benefit of legal counsel, and has chosen to appear in court by himself. His only evidence has been those two documents. Charges against him have been thrown out of court 22 times. The last time, some twelve or so years ago, Revenue Canada was told that if it ever brought Gerry Hart back into court, that Revenue Canada itself would be charged with contempt of court.

Gerry Hart has never been convicted under the Income Tax Act. As he says, « Income Tax is illegal. Therefore the collection of it is also illegal. Since Revenue Canada has no legal method of collecting income tax, they must resort to illegal means. » Those illegal means include harassment, intimidation, illegal search, illegal seizure, violation of privacy, extortion, coercion, and complete ignorance and contempt for the human rights of Canadian citizens…

We have various books and booklets available to help to educate on how to prepare to stop paying these illegal taxes. If our « Tax Kit » can help you to avoid several thousands of dollars of tax, it is certainly worth its small investment. Be sure to protect yourself from Revenue Canada before you get involved in this tax fight. Read the books, and find out how…

If you still have questions after you have read the books, then call me. I’ll try to help you. I have not paid income tax since 1978, and I have used Gerry Hart’s System of Effective Tax Avoidance. I know it works; I’m living proof.

Ladies and Gentlemen: I’ve talked for a long time. But I cannot overstress the lateness of the hour. We all know what needs to be done, so let’s get busy and get to it!

Murray Gauvreau



Image du jour

1 09 2007

Evolution du pouvoir d’achat d’un capital investi en or, actions ou obligations
(coefficient multiplicateur de ce capital, échelle logarithmique)



Image du jour

30 08 2007

Facsimile of an article which appeared in The New York Times dated September 23, 1914. Listed are major stockholders of the five New York City banks which purchased 40% of the 203, 053 shares of the Federal Reserve Bank of New York when the System was organized in 1914. They thus obtained control of that Federal Reserve Bank and have held it ever since. As of Tuesday, July 26, 1983, the top five surviving New York City banks have increased their ownership of the Federal Reserve Bank of New York to 53% of the shares.

Chart I reveals the linear connection between the Rothschilds and the Bank of England, and the London banking houses which ultimately control the Federal Reserve Banks through their stockholdings of bank stock and their subsidiary firms in New York. The two principal Rothschild representatives in New York, J.P. Morgan Co., and Kuhn, Loeb & Co. were the firms which set up the Jekyll Island Conference at which the Federal Reserve Act was drafted, who directed the subsequent successful campaign to have the plan enacted into law by Congress, and who purchased the controlling amounts of stock in the Federal Reserve Bank of New York in 1914. These firms had their principal officers appointed to the Federal Reserve Board of Governors and the Federal Advisory Council in 1914.

source: http://www.light1998.com/Rothschilds-Book/Secrets_of_the_Federal_Reserve.htm




Catégories

Archives

Syndication


RSS2 Feed
Le feed du Blogue


RSS2 Feed
Le feed des commentaires

Communauté



Mohawk Nation News - Daily News from the Mohawk Nation CentPapiers - média citoyen
TopBlogues profile
Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com
Les-Blogs.info
Add to Technorati Favorites
iopBlogs.com, The World's Blog Aggregator
Listed in LS Blogs
Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet
annuaire blogcreer blog gratuit
Politics Blogs - Blog Flare
Politics blogs
Top Blogs
Politics Blogs
Blog Catalog Blog Directory
Politics blogs
Conspirateur GCG
BlogRankers.com

Sonde de mesure
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!
meilleur site politique annuaire
pour comprendre le monde Politics Blogs - Blog Top Sites BlogoMetrie 2.0

Zone pur tester des widgets



  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!