Film de la semaine: L’Argent: Chute de l’Argentine

31 05 2008

Voici un excellent film:


L’Argent Chute de l’Argentine 1 sur 4
envoyé par LeLibrePenseur
L’Argent Chute de l’Argentine 2 sur 4
envoyé par LeLibrePenseur
L’Argent Chute de l’Argentine 3 sur 4
envoyé par LeLibrePenseur
L’Argent Chute de l’Argentine 4 sur 4
envoyé par LeLibrePenseurPour en savoir plus sur la création de l’argent, cliquez ici.



Film de la semaine: L’affaire Clearstream

11 05 2008


Affaire clearstream 1
Uploaded by revolution2
Affaire clearstream 2
Uploaded by revolution2
Affaire clearstream 3
Uploaded by revolution2
Affaire clearstream 4
Uploaded by revolution2



La seconde guerre mondiale: « la » vraie raison

30 03 2008

textes écrits par do repris de http://pagesperso-orange.fr/do/ag/:

http://icanplainlysee.files.wordpress.com/2007/03/uncle-sam-wants-you.jpg

La « deuxième guerre mondiale » fut en réalité une guerre contre la révolution,
une guerre qui commença en 1936 en Espagne,
une guerre qui détruisit le Front populaire en France,
une guerre qui voulut détruire aussi l’URSS
mais une guerre où les nazis furent vaincus par l’URSS !

Je sais bien qu’actuellement c’est la mode à la télé de parler du pacte Molotov-Ribbentrop, dit « pacte Germano-soviétique », sans jamais faire seulement allusion aux accords de Munich, c’est-à-dire au pacte que signèrent la France et l’Angleterre avec l’Allemagne nazie environ un an avant le pacte germano-soviétique.

Mais, nous qui cherchons la vérité par nous-mêmes et pour nous-mêmes, pour la dire et pour en tirer des conclusions, nous ne pouvons faire une telle impasse.

En effet, sans le pacte de Munich, il n’y aurait jamais eu les accords germano-soviétique.

La « seconde guerre mondiale » fut en fait une guerre contre la révolution, une guerre qui commença en 1936 en Espagne.

Les accords de Munich (30 septembre 1938) livraient à Hitler la Tchécoslovaquie et sa puissante armée, en échange de quoi Hitler devait attaquer l’URSS et la détruire. Car tel était l’un des buts des capitalistes (de tous pays et en particulier de la grrrande Amérique) qui financèrent Hitler.

Par le pacte germano-soviétique (23 août 1939), Staline voulut retarder l’invasion nazie de son pays afin d’avoir le temps de s’y préparer et de la vaincre. Sa stratégie fut la bonne comme on sait (même quand, comme moi, on déteste Staline).

À propos de Molotov, il faut tout de même signaler qu’il fut le premier grand personnage à dénoncer officiellement, c’est-à-dire au nom de l’URSS, le génocide des juifs. Et il fit cette dénonciation dès 1941, à l’entrée des Allemands en URSS ; parce que les Russes avaient vu le comportement génocidaire des nazis et l’avaient dénoncé publiquement. Donc, quand on entend dire qu’on ne savait pas, c’est un mensonge : ON SAVAIT !

Et on savait d’autant plus qu’on faisait fortune en exploitant les Juifs comme esclaves dans les camps, comme le grand-père Prescott Bush de l’actuel « Président » des USA :

http://mai68.org/textes/PrescottBush.htm

Que cette guerre fut une guerre contre la révolution se voit au fait qu’Hitler commença par détruire la révolution la plus dangereuse : la révolution espagnole (vraie anarchie ou vrai communisme, cela revient au même). Ensuite, il détruisit le Front Populaire en France parce que c’était facile et que la clique à Pétain ne demandait que ça depuis 1934. Puis, Hitler s’attaqua enfin à l’URSS (faux communisme, fausse révolution, capitalisme d’État, mais tout de même détesté par le capitalisme privé) but final de toute son entreprise.

Que cette guerre fut une guerre contre la révolution se voit aussi au fait qu’après guerre, on laissa Franco au pouvoir en Espagne afin d’éviter un retour de l’anarchie, et qu’on laissa Hiro Hito au pouvoir afin d’éviter que le communisme ne prenne le japon.

Heureusement que le peuple d’italie avait pendu Mussolini par les pieds jusqu’à ce que mort s’en suive ; sinon, Mussolini aussi serait resté au pouvoir.

Et si Hitler ne s’était pas suicidé, gageons que les Américains l’auraient laissé au pouvoir en Allemagne !

Le fait que des quatre « ennemis » déclarés de la grrrande Amérique, Hitler, Mussolini, Franco et Hiro Hito, ceux d’entre eux qui ne moururent pas — par suicide (Hitler) ou par la vengeance de leur peuple (Mussolini) — furent laissés au pouvoir après guerre est une preuve que la « seconde guerre mondiale » était bel et bien une guerre contre la révolution.

Une autre preuve est que les Américains ne débarquèrent en Normandie qu’une fois Hitler définitivement vaincu par Staline. Il fallait « limiter les dégats » : empêcher la résistance (qui était essentiellement communiste) de prendre le pouvoir en France et empêcher le « communisme » de gagner toute l’Europe !

Une autre preuve est bien sûr que la « seconde guerre mondiale » déboucha finalement sur la « guerre froide ». Et si ce fut les USA qui la gagnèrent, c’est bien parce que depuis des milliers d’années, la seule loi qui règne en ce monde, c’est la loi du plus salaud.

Il faut regretter aujourd’hui la disparition de l’URSS parce que depuis cette disparition les capitalistes se croient tout permis. Parce que depuis, tous nos services publics disparaissent ou sont privatisés les uns après les autres. Parce que depuis la chute du faux communisme à la Russe, tous nos acquis sociaux s’amenuisent.

Tout se passe comme si l’existence de l’URSS avait été la garantie de l’existence de nos services publics et de nos acquis sociaux.

Je sais bien que pour être politiquement correct il faut dire que l’URSS était une horreur, mais elle l’était certainement bien moins que les USA, du moins que les USA d’aujourd’hui. Et on va le constater un peu plus chaque jour. Car, de même qu’un magasin fait baisser ses prix autant qu’il le peut jusqu’à faire faire faillite à tous ses concurrents afin de pouvoir ensuite augmenter ses prix au delà de l’imaginable, si les USA se sont montrés dans le spectacle moins inhumains que l’URSS afin de faciliter la disparition de celle-ci, c’est pour mieux nous plonger ensuite dans une inhumanité qu’on n’aurait jamais imaginé dans nos pires cauchemars à l’époque où l’URSS existait encore.

Le capitalisme était déjà mondialisé bien avant la fin de l’URSS : capitalisme d’État en URSS et capitalisme privé aux USA. (c’est bien pourquoi j’ai coutume de dire que la « mondialisation », c’est la mondialisation de l’impérialisme américain. Constatons que ce terme de « mondialisation » est apparu dans le spectacle seulement après la disparition de l’URSS !)

Il aurait bien mieux valu, pour les pauvres humains que nous sommes, que l’effondrement inéluctable du capitalisme commence par les USA plutôt que par l’URSS !

———

Voici une conférence qui explique comment la Banque de France contrôlait le gouvernement à l’époque et comment ses dirigeant voulaient une défaite vis-à-vis de l’Allemagne enfin d’en finir avec la République:


Le choix de la défaite.
by worldhistoriaNote:

  • La banque d’Indochine fait maintenent parti du Crédit Agricole et de Suez
  • La famille Scheinder contrôlait la Société Générale
  • La Banque Worms fût intégrée à AXA puis à Deutsche Bank
  • Les avoir de la Famille Wendel sont devenus Arcelor (qui appartient maintenent à Tata) mais la famille Wendel contrôle maintenant Wendel Investissement à qui appartient entre autres la maison d’édition Éditis

———

Rappelons les faits et, surtout, les chiffres.

Quand les Américains et les Britanniques débarquent sur le continent, ils se trouvent face à 56 divisions allemandes, disséminées en France, en Belgique et aux Pays Bas. Au même moment, les soviétiques affrontent 193 divisions, sur un front qui s’étend de la Baltique aux Balkans. La veille du 6 juin, un tiers des soldats survivants de la Wehrmacht ont déjà enduré une blessure au combat. 11% ont été blessés deux fois ou plus. Ces éclopés constituent, aux côtés des contingents de gamins et de soldats très âgés, l’essentiel des troupes cantonnées dans les bunkers du mur de l’Atlantique. Les troupes fraîches, équipées des meilleurs blindés, de l’artillerie lourde et des restes de la Luftwaffe, se battent en Ukraine et en Biélorussie. Au plus fort de l’offensive en France et au Benelux, les Américains aligneront 94 divisions, les Britanniques 31, les Français 14. Pendant ce temps, ce sont 491 divisions soviétiques qui sont engagées à l’Est.

Mais surtout, au moment du débarquement allié en Normandie, l’Allemagne est déjà virtuellement vaincue. Sur 3,25 millions de soldats allemands tués ou disparus durant la guerre, 2 millions sont tombés entre juin 1941 (invasion de l’URSS) et le débarquement de juin 1944. Moins de 100 000 étaient tombés avant juin 41. Et sur les 1,2 millions de pertes allemandes après le 6 juin 44, les deux tiers se font encore sur le front de l’Est. La seule bataille de Stalingrad a éliminé (destruction ou capture) deux fois plus de divisions allemandes que l’ensemble des opérations menées à l’Ouest entre le débarquement et la capitulation. Au total, 85% des pertes militaires allemandes de la deuxième guerre mondiale sont dues à l’Armée Rouge (il en va différemment des pertes civiles allemandes : celles-ci sont, d’abord, le fait des exterminations opérées par les nazis eux-mêmes et, ensuite, le résultat des bombardements massifs de cibles civiles par la RAF et l’USAF).

Le prix payé par les différentes nations est à l’avenant. Dans cette guerre, les États-Unis ont perdu 400 000 soldats, marins et aviateurs et quelques 6 000 civils (essentiellement des hommes de la marine marchande). Les Soviétiques quant à eux ont subi, selon les sources, 9 à 12 millions de pertes militaires et entre 17 et 20 millions de pertes civiles. On a calculé que 80% des hommes russes nés en 1923 n’ont pas survécu à la Deuxième Guerre Mondiale. De même, les pertes chinoises dans la lutte contre le Japon — qui se chiffrent en millions — sont infiniment plus élevées — et infiniment moins connues — que les pertes américaines.

Ces macabres statistiques n’enlèvent bien évidemment rien au mérite individuel de chacun des soldats américains qui se sont battus sur les plages de Omaha Beach, sur les ponts de Hollande ou dans les forêts des Ardennes. Chaque GI de la Deuxième guerre mondiale mérite autant notre estime et notre admiration que chaque soldat russe, britannique, français, belge, yougoslave ou chinois. Par contre, s’agissant non plus des individus mais des nations, la contribution des États-Unis à la victoire sur le nazisme est largement inférieure à celle que voudrait faire croire la mythologie du Jour J. Ce mythe, inculqué aux générations précédentes par la formidable machine de propagande que constituait l’industrie cinématographique américaine, se trouve revitalisé aujourd’hui, avec la complicité des gouvernements et des médias européens. Au moment ou l’US-Army s’embourbe dans le Vietnam irakien, on aura du mal à nous faire croire que ce serait le fait du hasard…

Alors, bien que désormais les cours d’histoire de nos élèves se réduisent à l’acquisition de « compétences transversales », il serait peut-être bon, pour une fois, de leur faire « bêtement » mémoriser ces quelques savoirs élémentaires concernant la deuxième guerre mondiale :

— C’est devant Moscou, durant l’hiver 41-42, que l’armée hitlérienne a été arrêtée pour la première fois.

— C’est à Stalingrad, durant l’hiver 42-43, qu’elle a subi sa plus lourde défaite historique.

— C’est à Koursk, en juillet 43, que le noyau dur de sa puissance de feu — les divisions de Pantzers — a été définitivement brisé (500 000 tués et 1000 chars détruits en dix jours de combat !).

— Pendant deux années, Staline a appelé les anglo-américains à ouvrir un deuxième front. En vain.

— Lorsqu’enfin l’Allemagne est vaincue, que les soviétiques foncent vers l’Oder, que la Résistance — souvent communiste — engage des révoltes insurrectionnelles un peu partout en Europe, la bannière étoilée débarque soudain en Normandie…

Nico Hirtt
Enseignant, écrivain (auteur de « L’école prosituée », ed Labor).



Le nouveau réseau international de Hakluyt

2 12 2007

Repris de Intelligence Online:

Le nouveau réseau international de Hakluyt

Le cabinet de renseignement Hakluyt s’est longtemps reposé sur un réseau d’ex-PDG britanniques. Ces dernières années, la firme s’est efforcée d’élargir son conseil consultatif.

Doté depuis l’an dernier d’un nouveau directeur en la personne de Keith Craig (IOL nº517), le très discret cabinet d’intelligence économique londonien Hakluyt n’a pas abandonné le mode de fonctionnement développé par le fondateur de la firme, Christopher James. Depuis sa création en 1995, Hakluyt est doté d’un conseil consultatif composé d’anciens PDG et de diplomates à la retraite, qui servent à la fois de cautions et d’apporteurs d’affaires. Ce conseil a longtemps été constitué de Britanniques et d’Américains, parmi lesquels l’ex-président de Ford, Alex Trotman ; l’ancien Chairman de Royal Dutch/Shell, Peter Holmes ; et l’ex-PDG de Vodafone, Christopher Gent. Ces dernières années, la composition de cette structure a évolué vers un modèle international. La moitié des conseillers sont désormais allemands, japonais et australiens. Ils disposent en outre de nombreuses entrées dans le secteur bancaire et dans les fédérations d’entreprises de leurs pays respectifs.

Hakluyt

(Cliquez pour agrandir)

Notes:

  • Hambros Bank a été acheté par la Société Générale en 1998.
  • Selon Wikipedia (qui cite Saving the Sun : A Wall Street Gamble to Rescue Japan from Its Trillion-Dollar Meltdown): Shinsei était auparavant la «Banque du Japon de Crédit à Long Terme» qui avait un monopole gouvernemental sur les obligations à long-terme. Suite à l’éclatement de la bulle spéculative japonaise en 1989, cette banque était surchargée de mauvaises dettes, elle fût donc nationalisée et décotée de la bourse de Tokyo en 1998. Après des tentatives infructueuse de fusionner la banque avec d’autres banques japonaises, la banque fût vendue au fond d’investissement par capitaux propres New LTCB Partners C.V. de la compagnie d’investissement par capitaux propres Ripplewood Holdings LLC (cette dernière est dirigée et a été fondée par Tim Collins, ami personnel de Bill Clinton, qui travailla entre autres pour la controversée Booz Allen Hamilton [1 2 3 4] et pour Lazard Frères et qui est membre de la commission Trilatérale) en mars de 2000 pour 121 milliards de yens. C’est la première fois dans l’histoire du Japon qu’une banque japonaise passe sous contrôle étranger. Après la vente la banque fût renommée Shinsei (voulant dire «Nouvellement Née») . Insérée dans le contrat de vente était une «close de garantie de défauts» qui permettait à Shinsei de réclamer que le gouvernement achète toute dette dont la valeur avait chuté en deçà de 20% de sa valeur comptable. Shinsei fût lancée en juin 2000 avec une nouvelle équipe de gestionnaires dont plusieurs membres travaillaient préalablement dans des institutions bancaires étrangères implantées au Japon comme par exemple le pdg qui était chez Morgan Stanley et le directeur des systèmes d’information qui travaillait chez Citi. Shinsei garda le code SWIFT (LTCBJPJT) de la «Banque du Japon de Crédit à Long Terme».Shinsei utilisa la close de garantie de défauts pour se débarrasser des pires dettes du portefeuille de la banque (aux dépends du gouvernement japonais) suite à quoi plusieurs compagnies, telles Sogo et Dai-Ichi Hotel, qui avaient comme principal banque Shinei, durent déclarer faillite. Ceci souleva l’indignation générale au Japon et les politiciens critiquèrent tout spécialement Goldman Sachs, qui avait agit de conseiller auprès du gouvernement lors de la vente de la banque, de ne pas avoir avertit le gouvernement des risque inhérents à la close de garantie.Quatre ans après se vente à Ripplewood, Shinsei fût introduite en bourse pour la rondelette somme de 230 milliards de yens (ce qui à l’époque équivalait 2,8 milliards de dollars canadiens ou 1,7 milliards d’euro), ce qui signifie un profit de plus de 100 milliards de yens en quatre ans pour Ripplewood et consorts. Ces profits furent réalisés à grand prix pour le Japon par contre car en plus de tous les emplois perdus par la fermeture des compagnies telles Sogo, le gouvernement japonais dû débourser entre 4000 et 5000 milliards de yen pour reprendre les mauvaises dettes de Shinsei à cause de la clause de garantie de défauts et pire encore, les profits réalisés étaient à l’abri de taxes et impôts du gouvernement japonais de par l’utilisation d’un partenariat d’investissement étranger.


Statistiques du Blogue pour les deux premiers mois

1 10 2007

Les dix billets les plus consultés au cour des deux premiers mois d’existence de ce blogue:

  1. L’Affaire Elf: le pillage de l’Afrique
  2. La privatisation de l’argent: le système bancaire à réserve fractionnelle (partie I)
  3. Gécamines: un colonisateur à peine chassé qu’un autre arrive
  4. Une super bonne technique de propagande: semer le doute
  5. Xavier Caféïne censuré
  6. L’eau en bouteille de Pepsi, Aquafina, est de l’eau du robinet
  7. Système de santé: 2 problèmes, 2 solutions
  8. La chute de Mobutu et l’histoire récente de la région des Grands lacs
  9. Flagrante corruption chez Sarkozy
  10. La clé du succès des Dumont, Harper, Sarkozy, Bush de ce monde

J’ai pensé que ce serait intéressant de vous dire aussi quel étaient les pages consultées par les gens de certaines grandes corporations ou institutions. Grâce à Google Analytics, il est possible de le savoir sauf pour les institutions comme les agences de renseignement qui camouflent leur provenance. Les voici:

La Mairie de Paris:

La Banque mondiale:

Pour ce qui est de la Banque mondiale, je me suis rendu compte qu’il ont fait un logiciel pour surveillé ce qui est dit de la Banque sur Internet et que la majorité des visites de la Banque mondiale provenaient de gens qui utilisaient ce logiciel.

Assemblée nationale du Québec:

Commission européenne:

Établissement de recherche pour la défense (Ottawa):

BNP-Paribas:

Bechtel:

Chambre des commune du Canada:

Cargill-Dow (filiale de Cargill et Dow Chemicals chacun possédant la moitié de la compagnie):

Deutsche Bank

Deutscher Bundestag (Parlement allemand):

Exxon:

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture:

Fortis:

Google inc.:

FMI:

KPMG:

Ministère de la solidarité et de la sécurité sociale (Québec):

Ministère du travail (DAGEMO – Paris):

Ministerio de justicia (Madrid):

Ministère des affaires étrangères belge:

Bank of New York (Pershing LLC):

Gouvernement du Luxembourg:

Société Générale:

Sofreco:

Apparament Sofreco s’est rendu compte que je parlais d’elle 🙂

Total S.A.:

Verizon:



La Françafrique de Sarkozy

30 09 2007

Ces vidéos peuvent être considérés comme étant à la suite de ceux du billet «Qu’est-ce que la Françafrique?».

PARTIE I:

De Chirac à Sarkozy 1
envoyé par sur_vivantPARTIE II:

De Chirac à Sarkozy 2
envoyé par sur_vivantPARTIE III:

De Chirac à Sarkozy 3
envoyé par sur_vivantPARTIE IV:

De Chirac à Sarkozy 4
envoyé par sur_vivantPARTIE V:

De Chirac à Sarkozy 5
envoyé par sur_vivant



Qu’est-ce que la Françafrique?

26 09 2007

Voici une courte introduction sur la Françafrique:


Qu’est-ce que la Francafrique ?
envoyé par laVielesGensVoici un plus long vidéo pour en savoir plus:Partie I


De la françafrique à la mafiafrique1/7
envoyé par sur_vivantPartie II


De la françafrique à la mafiafrique 2
envoyé par sur_vivantPartie III


De la françafrique à la mafiafrique 3
envoyé par sur_vivantPartie IV


De la françafrique à la mafiafrique 4
envoyé par sur_vivantPartie V


De la françafrique à la mafiafrique 5
envoyé par sur_vivantPartie VI


De la françafrique à la mafiafrique 6
envoyé par sur_vivantPartie VII


De la françafrique à la mafiafrique 7
envoyé par sur_vivantEt ceci est une entrevue du Dr. Zagbla témoignant que la Françafrique est toujours bien vivante en Côte d’Ivoire.



Image du jour

17 09 2007

Les 25 plus grande compagnies mondiales en terme d’avoir selon Forbes. Notez que sauf pour la 24e ce sont tous des banques (et encore là, GE a une division bancaire). Classement des 25 plus corporation par avoir.



La «guerre civile» ivoirienne bis

9 09 2007

http://www.sidwaya.bf/photo_30-12-06/cote.jpg Et voici la perspective d’un écrivain sénégalais sur la question ivoirienne:

 

Fractures dans l’ex-empire colonial

Avertissement ivoirien à la « Françafrique »

Une crise politique a éclaté au Togo à l’occasion du coup d’Etat portant au pouvoir, le 5 février, au mépris de la Constitution, M. Faure Gnassingbé. Elle s’ajoute, en Afrique de l’Ouest, à celle de la Côte d’Ivoire, dans laquelle Paris est impliqué et mis en accusation pour les agissements récents des militaires français de l’opération « Licorne ». Lieu central et acteur important des luttes pour le pouvoir dans ses anciennes colonies, la France y est de plus en plus contestée.

Par Boubacar Boris Diop

Selon une idée répandue mais jamais clairement formulée, la culture de la violence a des racines profondes en Afrique. Cet a priori mène tout droit à une lecture raciale des luttes pour le pouvoir sur le continent comme expression de haines ethniques séculaires. Il n’est donc pas étonnant que les médias occidentaux s’obstinent à rendre compte du conflit ivoirien avec leurs clichés. Un chef d’Etat, M. Laurent Gbagbo, présenté comme un être à la fois brutal et roublard, voire un illuminé ; des rebelles « bons communicateurs » et des masses vociférantes de « jeunes patriotes ». Deux semaines après le déclenchement de la rébellion, le 16 septembre 2002, le ministre français des affaires étrangères, M. Dominique de Villepin, en proposait le mode d’emploi aux sénateurs de son pays : « La crise en cours s’appuie sur des éléments traditionnels. La mosaïque ethnique et religieuse que constitue la Côte d’Ivoire, marquée notamment par un clivage Nord-Sud, est en crise depuis la disparition d’Houphouët-Boigny. » Autrement dit : « Mesdames et messieurs, c’est toujours pareil dans notre bon vieux chaos africain. »

A ce compte-là, tout se vaut, et une situation choquante – la partition d’un pays important et la légitimation d’une rébellion armée – devient presque acceptable. Et, s’il est essentiel de dénoncer les ravages du discours ethniciste en Côte d’Ivoire (1), on ne doit pas se laisser fasciner par ses seuls effets, aussi spectaculaires et blâmables soient-ils. Occulter la dimension « françafricaine » des conflits conduit à une impasse. La Côte d’Ivoire n’en est pas là juste parce que Dioulas et Bétés ont découvert qu’ils ne peuvent plus vivre ensemble. En vérité, Paris reste un lieu central – et de moins en moins secret – de la crise.

Les intérêts français représentent un tiers des investissements étrangers et 30 % du produit intérieur brut (PIB) ivoirien (2). Depuis 1960, grâce à des contrats léonins, les sociétés françaises rapatrient 75 % de la richesse produite. En 1994, le président Henri Konan Bédié, successeur désigné de Félix Houphouët-Boigny, tente de corriger ces anomalies par la rétrocession de contrats d’exportation de café et de cacao à des géants américains et d’une licence de prospection de pétrole à la compagnie américaine Vanco : il sera destitué par un coup d’Etat, fin 1999.

M. Gbagbo cherche, lui aussi, à desserrer l’étau des entreprises françaises, dans un pays où Saur, EDF, Orange et Bouygues contrôlent les transports, l’eau, l’électricité et les voies de communication, tandis que la Société générale, la BNP et le Crédit lyonnais dominent le secteur bancaire. Une ouverture des marchés à la concurrence internationale a été amorcée : pour le troisième pont d’Abidjan et l’aéroport de San Pedro, Bouygues se révélait nettement moins compétitif que les Sud-Africains et les Chinois. Et la découverte d’un important gisement de pétrole à Jacqueville n’a pas été de nature à calmer les nerfs. Les pressions sur M. Gbagbo – soupçonné de vouloir se rapprocher des Etats-Unis – ont été si fortes qu’il a dû reculer fin 2004 et confirmer certains contrats français (3).

Nombre d’intellectuels africains se contentent d’instruire, par mimétisme, le procès du président. Pourtant, M. Gbagbo a fait de la Côte d’Ivoire un endroit dangereux pour les opposants, les étrangers et les journalistes. En mars 2004, une marche pacifique a été réprimée dans le sang : les Nations unies, dénombrant 120 morts, ont accusé le régime de graves violations des droits humains. Le 4 novembre 2004, en prélude aux attaques contre le QG des Forces nouvelles à Bouaké, le siège du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et celui du Rassemblement des républicains (RDR) ont été incendiés en même temps que ceux de trois journaux « mal-pensants ». Des « escadrons de la mort » ont ouvert un injustifiable cycle d’exécutions extrajudiciaires. On a cependant le sentiment d’une indignation sélective : comme le président zimbabwéen Robert Mugabé, M. Gbagbo semble surtout montré du doigt pour s’en être pris aux intérêts d’un pays occidental.

Mais si les émeutes de novembre 2004 n’ont pas arrangé ses affaires, elles n’en sont pas moins en train de changer le visage du conflit. En quarante ans de compagnonnage postcolonial, c’est la première fois que des vies de citoyens français sont menacées en Afrique à une si grande échelle. On s’était résigné à voir des Africains s’entretuer. La détresse de citoyens débarquant en pleurs à Roissy a presque fait oublier que des soldats français ont tué des civils ivoiriens dans leur pays ; et qu’un président étranger – M. Jacques Chirac – a donné l’ordre de détruire la flotte aérienne d’un Etat souverain pour rassurer 15 000 de ses compatriotes et venger la mort de neuf soldats.

Bref, même les plus sceptiques se voient forcés de reconnaître que Paris est un acteur important des luttes pour le pouvoir dans ses anciennes colonies. La France avait l’habitude d’agir en coulisse : les événements d’Abidjan l’ont contrainte à le faire à visage découvert. Il est tragique que des civils français, qui n’étaient pour rien dans la politique de leur gouvernement, aient dû payer cette clarification d’un prix si élevé. Les Africains ont pu découvrir à cette occasion que le roi était nu. Une forte présence militaire n’a pas permis à l’Etat français de garantir la sécurité de ses ressortissants dans son pré carré. Acculé à la défensive, il s’est empêtré dans des dénégations peu convaincantes.

Paris en position d’accusé

Dans son audition au Sénat le 4 octobre 2002, M. de Villepin a admis à mots couverts que les rebelles n’avaient pas agi seuls. « La situation, a-t-il dit, a évolué de telle sorte que des interrogations se sont fait jour sur d’éventuelles complicités ou soutiens extérieurs. » Quand il s’agit de la « Françafrique », un ministre français des affaires étrangères sait de quoi il parle. Chaque mot compte. Chaque silence aussi : il oublie d’ajouter que son pays est fortement soupçonné d’avoir financé la rébellion. La France, jusqu’ici souveraine dans « son » Afrique, se trouve en position d’accusée.

Les brefs accrochages du 7 novembre 2004 entre Forces armées nationales et soldats de l’opération « Licorne » n’ont pas d’intérêt militaire. Il serait toutefois imprudent d’en sous-estimer la charge symbolique. Même avant ces émeutes, et bien qu’elle agisse sous mandat du Conseil de sécurité de l’ONU, « Licorne » était perçue comme une force d’occupation. La brutalité de sa riposte l’a confirmé, envoyant comme un signal, y compris aux autres Etats-clients du pré carré. Le poids de l’histoire peut trop facilement donner à ses jeunes soldats le sentiment d’être en garnison chez quelque peuplade des marches de l’Empire. Et si les chefs d’Etat africains – grands démocrates, comme chacun sait – ont pris fait et cause pour l’Elysée, il y a eu dans les pays francophones une condamnation énergique de ce qui devenait une sanglante expédition coloniale.

Déjà en janvier 2003, le Forum social africain d’Addis-Abeba avait averti : « Si elle persiste dans sa logique impériale actuelle, la France risque de multiplier les interventions militaires sur le continent au cours des prochaines années. (…) A la lumière du génocide rwandais de 1994, de la guerre civile du Congo en 1997 et des conflits en cours en Centrafrique et en Côte d’Ivoire, il est urgent pour les Etats africains francophones de réévaluer leurs relations avec l’ancienne puissance coloniale. »

La tournure prise par la crise ivoirienne devrait inciter les électeurs français à demander à qui de droit : que fait notre armée en Côte d’Ivoire ? Presque comique, la réponse habituelle des autorités françaises est néanmoins acceptée par une société prompte à gober le prêt-à-penser de ses dirigeants. Le Français moyen semble persuadé que 3 800 de ses soldats se trouvent en Côte d’Ivoire pour des raisons éthiques : sans eux, des gens à la machette facile auraient détruit leur propre pays. Certains invoquent le précédent rwandais, en oubliant au passage les responsabilités de la France dans le génocide de 1994 (4).

La Côte d’Ivoire a pour le gouvernement français – et certaines multinationales – une importance capitale. Ce n’est pas par amour de la paix que les éléments de « Licorne » y sont trois fois plus nombreux que ceux de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Cette force est pléthorique et lourdement équipée pour la protection de quelques milliers de personnes, dont le rapatriement massif a été curieusement exclu dès le début de la crise. Il est essentiel pour Paris de rester dans le jeu, même au prix de quelques victimes françaises.

Les gouvernements français, de gauche et de droite, ont toujours eu les mains libres dans l’ex-empire colonial. D’où des meurtres politiques ciblés, le pillage en règle des ressources et le soutien à des dictatures sanguinaires. Jusqu’ici, cela se faisait dans l’ombre. La fusillade de novembre 2004 s’est produite, elle, au grand jour.

En moins d’un an, la France a été mise en cause dans les termes les plus virulents par le président rwandais Paul Kagamé et par M. Gbagbo. Ce n’est pas un hasard. S’agissant de la Côte d’Ivoire, de nombreux signaux auraient dû être correctement interprétés depuis longtemps. Le sentiment antifrançais n’y est pas apparu en novembre 2004. Le lycée Jean-Mermoz et le Centre culturel français avaient été saccagés une première fois en mai 2004 ; un journaliste de Radio France internationale (RFI), Jean Hélène, a été assassiné le 21 octobre 2003, et un second, Guy-André Kieffer, est porté disparu depuis le 16 avril 2004 ; l’ambassade et le 43e BIMA (bataillon d’infanterie de marine) ont été plusieurs fois assiégés.

Tout cela est parti des accords signés à Linas-Marcoussis le 24 janvier 2003. Le gouvernement français, qui les a parrainés, a, au moins dans la forme, fait preuve d’arrogance. Peut-on réunir toute la classe politique d’un pays souverain dans un gymnase de banlieue et faire diriger les travaux par un simple fonctionnaire parisien ? Quel chef d’Etat ayant un peu de fierté pourrait accepter que l’on nomme un premier ministre, M. Seydou Diarra, même jugé neutre et plutôt respecté, hors du territoire national, et que l’on impose la promotion de chefs rebelles comme ministres de la défense et de l’intérieur ?

Depuis, les choses sont allées de mal en pis. Le mépris pour le sentiment national ivoirien a fait multiplier les maladresses. On a entendu M. de Villepin déclarer, après une rencontre avec M. Gbagbo : « J’ai demandé au président de renvoyer les mercenaires et de clouer ses avions au sol. » Ce qu’un journaliste français a résumé avec désinvolture : « De Villepin est allé remonter les bretelles à Gbagbo. »

Le résultat de ces provocations est désastreux. Les Français de Côte d’Ivoire en sont réduits à se demander : pourquoi ? Il leur sera difficile de se faire à l’idée de vivre la peur au ventre dans leur seconde patrie. On les a un peu oubliés, en France, après l’émotion des premiers moments. Peut-être seront-ils sacrifiés sur l’autel du réalisme. En temps « normal », M. Gbagbo aurait été liquidé ou chassé du pouvoir par un putsch cousu main. Cette option comporte désormais des risques. Les troubles d’Abidjan sonnent-ils le glas de la « Françafrique » ? Il serait bien naïf de l’imaginer. Pourtant, on aurait tort de n’y voir qu’un accident isolé. De telles émeutes peuvent survenir de nouveau dans nombre d’anciennes colonies françaises.

En Afrique, l’exaspération grandit, et le président ivoirien sait en jouer. M. Gbagbo ne fait pas rêver : personne ne s’aviserait de le prendre pour Sankara ou Lumumba. Il traîne le handicap d’être un président mal élu. Mais son talon d’Achille reste le climat de xénophobie encouragé qui fausse la lecture politique du conflit. S’il y a une volonté réelle de rupture avec le modèle néocolonial, il est essentiel pour sa crédibilité que soient définitivement soldés les comptes de l’« ivoirité » : le panafricanisme de Kwame Nkrumah et Cheikh Anta Diop est avant tout un humanisme.

On ne fera pas croire à certains Ivoiriens que leur président est un héros romantique venu leur apporter la liberté : ils ont affaire à un politicien retors et expéditif. Mais, s’il a pu retourner la situation en sa faveur, c’est qu’il s’est montré plus pugnace que la plupart de ses pairs. La Côte d’Ivoire n’est plus un territoire d’outre-mer. C’est un pays attaqué par des hommes en armes. Il n’est pas surprenant que son président veuille les faire revenir dans la légalité républicaine. N’importe qui à sa place aurait exigé le désarmement des rebelles.

Parce que M. Gagbo a le droit pour lui, l’exercice consistant à le diaboliser présente des limites. On peut aussi douter de l’autorité morale de ses censeurs, guère émus par l’implication de leur pays dans le génocide rwandais. Onze ans après, Abidjan et Bouaké sont de sanglants théâtres d’opérations pour l’armée française. Les médias français choisissent de traiter ce scandale comme un gros fait divers. Le refus de regarder la réalité en face est symbolisé par l’absence d’images du « nettoyage » de la capitale par les éléments de « Licorne ». Ces scènes effroyables que l’on n’a pas vues à Paris, les Ivoiriens, eux, ne les oublieront jamais. Même dans la « Françafrique », le temps du crime parfait est peut-être révolu.

Boubacar Boris Diop.

(1) Lire Colette Braeckman, « Grande fatigue des Ivoiriens », Le Monde diplomatique, septembre 2004.

(2) Lire Bernard Ahua, « La France se taille la part du lion dans l’économie ivoirienne », Manière de voir n° 79, « Résistances africaines », janvier-février 2005.

(3) Avec Bouygues pour la rénovation du terminal conteneurs du port d’Abidjan, et la Société de distribution d’eau, filiale de la Saur, pour la concession d’accès à l’eau potable jusqu’en 2007.

(4) Lire L’Etat français et le génocide au Rwanda, coordonné par Laure Coret et François-Xavier Verschave, Karthala, Paris, 2005.




Catégories

Archives

Syndication


RSS2 Feed
Le feed du Blogue


RSS2 Feed
Le feed des commentaires

Communauté



Mohawk Nation News - Daily News from the Mohawk Nation CentPapiers - média citoyen
TopBlogues profile
Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com
Les-Blogs.info
Add to Technorati Favorites
iopBlogs.com, The World's Blog Aggregator
Listed in LS Blogs
Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet
annuaire blogcreer blog gratuit
Politics Blogs - Blog Flare
Politics blogs
Top Blogs
Politics Blogs
Blog Catalog Blog Directory
Politics blogs
Conspirateur GCG
BlogRankers.com

Sonde de mesure
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!
meilleur site politique annuaire
pour comprendre le monde Politics Blogs - Blog Top Sites BlogoMetrie 2.0

Zone pur tester des widgets



  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!