Films de la semaine

23 02 2008

Je vous présente trois films cette semaine:

Cover-Up: Behind the Iran-contra affair

Cointelpro: the FBI’s war on Black America

Les pays riches sont-ils en faillite?


Les pays riches sont-ils en faillite? 1
envoyé par edyes
Les pays riches sont-ils en faillite? 2
envoyé par edyes
Les pays riches sont-ils en faillite? 3
envoyé par edyes
Les pays riches sont-ils en faillite? 4
envoyé par edyes



Film de la semaine

5 01 2008

What I’ve Learned About U.S. Foreign Policy – The War Against The Third World



Les infirmières maltraitées dans le secteur privé

15 11 2007

repris de l’Aut’Journal:

La FIQ interpelle le Groupe Castonguay

09 novembre 2007

Pierre Dubuc

« En Angleterre, les infirmières veulent revenir au secteur public. Elles avaient trouvé alléchant d’aller au secteur privé. Mais leur salaire a diminué de 11% en trois ans. » Voilà une des leçons que Lina Bonamie, la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), rapporte de sa participation au congrès de l’Internationale des services publics qui s’est tenu à Vienne en Autriche, du 24 au 28 septembre.

« L’atelier sur l’Angleterre était fort couru, nous dit-elle, particulièrement pour ceux oeuvrant dans le domaine de la santé. Comme cela est en train de se passer ici, les agences privées ont servi de fer de lance à la privatisation. Mais les conditions ont radicalement changé en quelques années. »

Une offensive mondiale généralisée

Lina Bonamie raconte que le gouvernement garantissait les fonds de retraite des infirmières qui passaient au privé, mais que les nouvelles infirmières qui s’inscrivent maintenant au privé n’y ont pas droit.

« On a fait miroiter une diminution des listes d’attente avec les partenariats public-privé mais, après cinq ans, on constate que les listes s’allongent tant au privé qu’au public. On n’a rien réglé », a-t-elle appris.

« La situation est similaire au Nicaragua, enchaîne-t-elle. Avec la privatisation, on a constaté une détérioration importante des indicateurs de santé, comme le taux de mortalité infantile. On veut revenir au public. »

Ces deux exemples illustrent bien ce que la délégation québécoise a entendu au congrès de l’Internationale des services publics où des représentants de 120 pays étaient présents. « Partout, c’est une offensive généralisée contre les services publics. Dans certains pays, on commence par vouloir privatiser l’eau. Dans d’autres, c’est la santé qui est dans le collimateur. »

« Mais, selon elle, partout, le pattern est le même. On fait mauvaise presse aux services publics pour que la privatisation apparaisse comme la solution. »

Castonguay veut le ticket modérateur

La FIQ a rencontré le Groupe de travail de Claude Castonguay dont le mandat est de proposer des voies pour la privatisation du réseau de la santé. « On connaissait le mandat du comité et on a bien vu la tangente qu’il prend, nous confie Lina Bonamie. Mais on a quand même proposé des alternatives. »

« On a insisté particulièrement sur le rôle des compagnies pharmaceutiques. En deux ans et demie, nos salaires ont augmenté d’à peine 2% alors que le coût des produits pharmaceutiques a grimpé de 205% ! On a plaidé pour la diminution de la durée des brevets des médicaments. M. Castonguay nous a ressorti l’argument usé que les entreprises vont quitter le Québec », raconte la présidente de la FIQ.

Un autre sujet majeur abordé lors de la rencontre avec le Groupe Castonguay : le ticket modérateur. « M. Castonguay a dû reconnaître qu’il n’y avait aucune étude à travers le monde en appui à cette politique mais, de toute évidence, il veut l’essayer quand même. »

« Notre pratique nous apprend que, dans les salles d’urgence, il y a beaucoup plus de gens qui ont trop attendu avant de se présenter que d’abuseurs. La preuve a été faite avec l’assurance-médicaments : quand les gens ont à débourser un montant d’argent, plusieurs retardent l’achat et la prise de leurs médicaments. »

« On a compris à ses propos que M. Castonguay exempterait les gens qui sont à la sécurité du revenu, mais ce sont ceux qui ont des revenus à peine supérieurs, qui sont juste à la marge, qui écoperont », ajoute-t-elle.

Une pénurie maintenue volontairement

Bien évidemment, la FIQ mène le combat contre l’ouverture de cliniques privées comme le projet Rockland MD. « Où le privé va-t-il aller chercher son personnel, ses infirmières sinon dans le public? On va les former dans le public pour le privé !? Est-ce là la solution?! », lance-t-elle.

Les cliniques privées ne vont qu’accentuer le problème criant de la pénurie de personnel. Une pénurie maintenue volontairement, selon elle.

Le rôle clef des agences privées dans le processus de privatisation n’échappe pas à Lina Bonamie. L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec vient de révéler à cet égard des chiffres troublants. En un an, le secteur privé a vu ses rangs grossir de quelque 350 infirmières. Du coup, ses effectifs ont atteint les 6000 professionnels. Depuis l’an 2000, la proportion d’infirmières travaillant dans le réseau public est passé de 87% à 83%.

« On nous dit que les agences répondent aux besoins des jeunes infirmières qui ne voudraient pas travailler à temps plein, qui voudraient pouvoir choisir leurs horaires, leur lieu de travail. C’est évident, rétorque Lina Bonamie, que si le choix est d’être précaire dans le public ou travailler pour une agence, plusieurs vont choisir l’agence. »

« Les administrations publiques aiment bien, précise-t-elle, engager des gens à statut précaire, en leur offrant deux jours de travail garantis et le reste sur appel. Mais cela a des conséquences désastreuses sur l’organisation du travail. Le nombre d’heures supplémentaires a augmenté de 144% en trois ans. »

Pour contrer la privatisation, offrir des emplois à temps plein

Quelle est alors la solution? « Elle est bien simple, nous dit Lina Bonamie. Il faut offrir des postes à temps complet. Dans le réseau, à peine 47% des infirmières sont à temps complet ! On nous dit que les jeunes ne veulent pas travailler à temps complet. C’est bizarre, mais cela ne concernerait que le personnel de la santé. Dans les autres secteurs d’activité, dans les nouvelles technologies, dans l’industrie, les gens s’arrachent les emplois à temps complet. Pourquoi ce serait différent dans la santé? »

La FIQ, avec ses partenaires du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP), va poursuivre cet automne sa campagne contre la privatisation de la santé. « À Vienne, raconte Lina Bonamie, nous avons fait en atelier une présentation fort appréciée par les congressistes des campagnes menées avec nos collègues du Syndicat de la fonction publique du Québec, du Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec, de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux et de la Centrale des syndicats du Québec. Ça nous a stimulé à continuer. »

 



Film de la semaine: The War on Democracy

27 10 2007

[kml_flashembed movie="http://video.google.com/googleplayer.swf?docid=-3739500579629840148" width="400" height="326" wmode="transparent" /]

Note: United Fruit a depuis changé de nom pour devenir Chiquita.



L’ALÉCA: un référendum frauduleux

13 10 2007

http://www.organicconsumers.org/images/bytes/cafta.jpgIl y a moins d’une semaine, le 7 octobre, le Costa-Rica tint un référendum  afin de décider de son adhésion ou non à l’ALÉCA  (CAFTA  en anglais ou Tratado de Libre Comercio entre República Dominicana, Centroamérica y Estados Unidos de América en espagnol). L’ALÉCA, l’Accord de libre échange Centre-américain, regroupe les ÉU, El Salvador, le Nicaragua, le Guatemala, le Honduras et la République dominicaine ainsi que, maintenant, le Costa Rica, c’est l’équivalent centre-américain de l’ALÉNA. Selon les résultats officiels, le peuple costaricain a approuvé l’ALÉCA dans une proportion de 51,58% contre 48,42%, mais le processus référendaire a été entaché de plusieurs irrégularités.  Déjà, il semble qu’il y ait eu fraude: les sondages dans les jours avant le référendum prédisaient un victoire du refus à l’ALÉCA avec une avance de 10%, soit largement au dessus de la marge d’erreur du sondage moyen (2-3%)! En effet, le dernier sondage en date, qui questiona 1202 personnes entre le 27 sept. et le 2 oct., trouva que 55% des gens étaient contre et 43% étaient pour avec une marge d’erreur de 3,5% 19/20. Juste pour vous donner une idée de l’improbabilité du résultat du référendum si le sondage est exacte cela veut dire (en langage statistique que la distribution des gens votant contre suit une distribution normale avec pour moyenne de 55% et un écart-type de 1,75% et donc) que la probabilité que les partisans de l’ALÉCA remportent le référendum est inférieur à 1% (0,22% pour être exacte). Évidemment la dernière affirmation suppose que le sondage a été de façon rigoureuse et sans avoir été lui-même manipulé.  Mais à part la vraisemblable fraude, il y a eu corruption et intimidation à souhait. Pour donner quelques exemples:

  • Le Président du Costa Rica, Arias, a reçu de Carlos Slim, l’homme d’affaire mexicain qui a récemment dépasser Bill Gates comme l’homme le plus riche du monde selon le magazine Forbes et qui contrôle Telmex [ex-compagnie de téléphonie d’État du Mexique, on parle ici de quelqu’un que la privatisation a rendu riche, pour donner une petite idée de la fraude de cette privatisation de 1990, Slim et ses acolytes, dont France Télécom, n’ont pas payé le gouvernement du Mexique immédiatement pour l’achat de Telmex mais faisaient simplement verser les profits de Telmex au gouvernement pour les quelques années qui suivirent en guise de payement] , Telcel et América Móvil, des contributions illégales pour la campagne pro-ALÉCA pour le référendum.

  • La représente étasunienne au commerce, Susan Schwab, a menacé le Costa Rica qu’il ne bénéficierait plus d’un statut de partenaire commercial privilégié au près des ÉU s’il votait contre l’ALÉCA à peine trois jours avant le vote. L’ambassadeur étasunien au Costa Rica alla même jusqu’à faire le tour des compagnies exportatrices du pays pour leur réitérer la même menace en ajoutant que cela mènerait à la perte de 14 000 emplois. Et ce même si cette décision est un prérogative du Congrès qui avait affirmer n’avoir aucune intention d’enlever son statut au Costa Rica.

  • Pindeco filière de la bananière Dole qui possède la majorité des plantations au Costa Rica, menaça de renvoyer tous ses employé(e)s et de fermer toutes ses plantations.
  • Le gouvernement menaça les mairies de pousser pour l’ALÉCA et menaça de couper les fonds à celles qui ne le ferrait pas.

sources: 1 2 3



Courte histoire de la CIA

9 10 2007

Voici une amusante application flash que j’ai trouvé sur le site de Arte. Cliquez ici pour démarrer l’application flash.



Image du jour

4 10 2007

Le réseau Bush. Cliquez pour agrandir.le réseau Bush



Confessions of an Economic Hitman

1 10 2007

The 1973 oil crisis and the US dollar. John Perkins addresses the veterans for peace:

PART I:


PART II:

PART III:

And as a little bonus … the confession of a Walmart Hitman:




Catégories

Archives

Syndication


RSS2 Feed
Le feed du Blogue


RSS2 Feed
Le feed des commentaires

Communauté



Mohawk Nation News - Daily News from the Mohawk Nation CentPapiers - média citoyen
TopBlogues profile
Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com
Les-Blogs.info
Add to Technorati Favorites
iopBlogs.com, The World's Blog Aggregator
Listed in LS Blogs
Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet
annuaire blogcreer blog gratuit
Politics Blogs - Blog Flare
Politics blogs
Top Blogs
Politics Blogs
Blog Catalog Blog Directory
Politics blogs
Conspirateur GCG
BlogRankers.com

Sonde de mesure
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!
meilleur site politique annuaire
pour comprendre le monde Politics Blogs - Blog Top Sites BlogoMetrie 2.0

Zone pur tester des widgets



  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!