reçu de LabourStart :

En Corée, il s’est déroulé le week-end dernier un exemple encore plus incroyable de couverture médiatique des luttes syndicales.

Chaque année au mois de novembre, des dizaines de milliers de syndicalistes se rencontrent pour une fête à Séoul, la capitale. Je le sais, j’y étais invité à la tribune il y a une dizaine d’années.

Les syndicats coréens ont utilisé leur fête cette année pour attirer l’attention sur un accord de libre échange entre la Corée et les Etats-Unis. Ils ont invité des organisations d’agriculteurs et d’étudiants à rejoindre leur protestation.

Selon un syndicaliste, témoin oculaire des évènements, leur rencontre a été bloqué par quelques 25 000 policiers anti-émeute armés de matraques et de boucliers qui ont ensuite tenté de disperser le rassemblement à l’aide de canons à eau.

Les agences de presse internationales comme Reuters et l’AFP ont présenté l’information comme une protestation « anti-A.L.E. » sans mentionner ni son caractère syndical ni son caractère annuel. La BBC, généralement une source d’information impartiale, ne l’a mentionné nulle part. En France, comme un ami Parisien me l’a dit, le seul article publié laisse croire à « une bande de fermiers mécontents engageant une orgie de violence contre un accord international dont ils n’ont rien compris ».

Voici la vérité des images dont celles de la Confédération Coréenne des Syndicats (KCTU) et d’autres : 1 2 3 4

Fête annuelle de la KCTU
La masse compacte en bas de la photo = le cordon de police.

En conclusion, nous avons deux protestations gigantesques par des confédérations syndicales nationales dans deux des pays les plus industrialisés au monde ; deux protestations relayées par les médias de façon insuffisante ou erronée !

Rien ne pourrait illustrer davantage la nécessité pour le mouvement ouvrier de disposer de ses propres médias – dont des sites Internet fréquemment mis à jour – et en particulier, d’un site comme LabourStart.