http://www.innovationsinnewspapers.com/uploaded_images/Kremlin-784933.jpgLa Russie a été très active ces derniers temps en ce qui concerne la reprise de son influence internationale perdue en 1989. Deux choses en particulier ont retenu mon attention:

  • La Russie prend sa place dans au sein du système financier international. Traditionnellement, l’europe et sûretout les ÉU contrôlent la finance internationale de façon incontesté. Une des places où cela est assez évident est la nomination des présidents des institutions financières internationales. Depuis toujours, le président de la Banque Mondiale est un étasunien choisi par Washington et le président du FMI un européen choisi par l’Europe. Car même si tous les pays membres (tous les pays du monde pratiquement) votent sur ces nominations, dû à leur contributions financières plus importantes aux réserves des institutions, les ÉU et l’Europe contrôlent assez de votes (les ÉU ont 17% des votes et les pays européens 33% pour un total de presque 50%) pour (presque) pouvoir, en collusion l’un avec l’autre, décider unilatéralements de tous ce qui se fait à ces deux institutions. L’Europe a décidé en fin juillet dernier qu’elle proposerait Dominique Strauss-Kahn, politicien français du Parti socialist. Donc dans le cours normal des chose Strauss-Kahn serait garanti d’obtenir la position convoitée grâce à l’appuie étasunien. Mais voici que la Russie (2.70% des votes) vient jetter des bâtons dans les roues de l’entente étasuno-européenne: elle propose son propre candidat, l’ancien Premier ministre tchèque Josef Tošovský. Évidemment la Russie n’a aucune chance d’imposer son candidat toute seule, mais notons que ceci surevient au moment où les pays africains viennent de se faire refuser pas l’Europe et les ÉU la possibilité d’augmenter le nombre de voix qu’ils détiennent au FMI; certains pays en développement tels la Chine, la Corée du Sud et la Turquie ont demandé d’augmenter leur pourcentage de voix aux dépends de l’Europe et obtenu l’appui étasunien mais évidemment l’Europe bloque toujours le changement (un tel changement devrait être approuvé avec 85% des voix). Il est donc fort à parier que ces pays ne voterons pas pour le candidat européen. Par ailleurs, il y a une grande tension entre la Russie et les ÉU et les ÉU et l’Europe de l’ouest par rapport aux installations de bouclier antimissile étasuniens que les ÉU souhaitent mettre en place en Pologne et en République Tchèque, donc en proposant un tchèque, la Russie essaie de ramenner ces pays dans son camps, sûretout que si Strass-Kahn n’avait pas été là ce aurait été le polonais Marek Belka qui aurait été le candidat européen.

sources: FT Asia Times

  • Deuxièmement la Russie augmente considérablement sa présence en Asie du Sud et en Océanie de par ces accords et collaborations suivante:
    • Accord avec l’Australie pour importer 825 millions de dollars d’uranium par année.
    • Accord de collaboration pétrolière avec l’Indonésie dans ce pays.
    • Ventes d’armes considérables à l’Indonésie.

source: FT