La Françafrique de Sarkozy

30 09 2007

Ces vidéos peuvent être considérés comme étant à la suite de ceux du billet «Qu’est-ce que la Françafrique?».

PARTIE I:

De Chirac à Sarkozy 1
envoyé par sur_vivantPARTIE II:

De Chirac à Sarkozy 2
envoyé par sur_vivantPARTIE III:

De Chirac à Sarkozy 3
envoyé par sur_vivantPARTIE IV:

De Chirac à Sarkozy 4
envoyé par sur_vivantPARTIE V:

De Chirac à Sarkozy 5
envoyé par sur_vivant



Africa affrenchie-toi – Senyi

30 09 2007


SEYNI – Live
envoyé par ellijah



Image du jour

30 09 2007

http://www.monde-diplomatique.fr/IMG/artoff11644.gif

Cliquez pour agrandir.



Film de la semaine

29 09 2007

Vulture Funds: stealing the debt relief


Doubleclick to on image to start the following video



Génocide d’indigènes en Argentine

29 09 2007

texte repris d’amerikenlutte, (pulse aquí para un texto en española):

IMG_3147.JPG

Le Chaco, province du nord-est de l’Argentine, fait l’objet de l’attention de certains médias en raison de la mort de dénutrition de plusieurs indigènes, morts utilisées avant les élections. En fait la situation est beaucoup plus dramatique que les quelques images montrées. Le Chaco est la cible d’entreprises de culture de soja (transgénique) qui sont en train de faire disparaître les forêts chaqueñas et les indigènes tobas qui y vivent. Ci dessous un article de Mempo Giardinelli. amerikenlutte

L’IMPENETRABLE OU L’AGONIE QOM

Ces derniers temps, la province du Chaco attire l’attention de tout le monde. Presse et télévision globale viennent surveiller les dommages de la malnutrition qui affecte des milliers d’aborigènes dans les forêts qui sont connues – maintenant improprement – comme L’Impénétrable (El Impenetrable »).

Ma collègue et amie Cristina Civale, auteure du blog Civilisation et Barbarie, du quotidien Clarin, m’invite à l’accompagner. Ce n’est pas la première invitation que je reçois, mais c’est la première que j’accepte. J’ai refusé de m’y rendre avant les récentes élections, parce que toute impression écrite est interprétée, évidemment, comme dénonciation électorale. Et je suis convaincu, depuis longtemps, que l’effroyable situation socio-économique dans laquelle se trouve les peuples originaires du Chaco, et son détournement socio-culturel, n’est le fait d’aucun gouvernement en particulier de ceux des 30 ou 40 dernières années (il y en a eu des civils et militaires ; des péronistes, dictatoriaux et radicaux) mais de tous.

D’abord nous nous sommes arrêtés à Sáenz Peña, la deuxième ville du Chaco (90 mille habitants), pour une visite clandestine – non demandée ni autorisée – à l’Hôpital Ramón Carrillo, le second le plus important de cette province. Civale prend des notes et interview des patients indigènes dans les salles, tandis que je parcours les couloirs mouillés sous les infinies fuites des plafonds, et regarde les parois défaites, dépeintes et sales, les cours sordides et un puits noir ouvert avec de l’eau stagnante près de la cuisine.

Bien que la devanture de l’hôpital ait été peinte récemment, il y a derrière une décharge d’ordures à ciel ouvert au milieu de deux pavillons. Du verre et des meubles cassés, des déchets, des radiographies, des décombres et des déchets chirurgicaux encombrent les salles où les patients sont seulement des corps absorbés par des maladies comme la tuberculose ou le mal de Chagas. Je suis impressioné par la quantité de gens allongés sur les sols, je ne sais pas s’ils sont des patients ou des familles, c’est pareil.

Un heure plus tard, sur le chemin jusqu’à Juan Jose Castelli – population de 30 mille habitants qui s’autoqualifie « Vestibule de l’Impénétrable » – l’amertume et la colère se perfectionnent en observant ce qu’il reste du Chaco boisé d’autrefois. Ce qui fut l’empire de quebrachos centenaires et d’une faune merveilleuse, sont maintenant des champs brûlés, des sols sablonneux et désertique, avec des racines attendant les pelleteuses qui prépareront cette terre pour le festival de soja transgénique qui dévaste notre pays.

Nous entrons – à nouveau par derrière – dans l’Hôpital de Castelli, qui est supposé s’occuper de 90 ou 95 pour cent des aborigènes de tout l’Impénétrable. Ce que je vois là moi frappe la poitrine, les tempes, les yeux : au moins deux douzaines d’êtres dans des conditions définitivement inhumaines. Ils ressemblent à des ex personnes, avec à peine de la peau sur les os, des corps comme ceux des camps de concentration nazis.

Une femme de 37 ans qui pèse moins de 30 kilos paraît en avoir plus de 70. Elle ne peut pas lever les bras, elle ne comprend pas ce qu’on lui demande. Cinq mètres plus loin une ancienne (ou cela y ressemble) est à peine un petit tas d’os sur un lit déglingué. L’odeur rance est insupportable, les mouches grasses paraissent être la seule chose saine, il n’y a pas de médecins en vue et il règne un épais silence, lourd et accusateur, comme celui des parents qui attendent près des lits, ou assis sur le sol du couloir, aussi ici, sur des couvertures crasseuses, calmes comme celui qui attend la Mort, cette condamnation qui, en plus, ici tarde à venir.

Je sens une nouvelle et croissante fureur, une impuissance absolue. Je demande à une jeune infirmière qui nettoie un meuble si c’est toujours ainsi. « Toujours », me répond elle en se relevant avec un chiffon sale dans la main, « bien que dernièrement ils en ont sorti beaucoup, depuis qu’a commencé à venir la télé ».

Elle est mince et un visage de bonne personne : on lui voit davantage de résignation que de ressentiment. Ils sont 44 infirmiers dans tout l’hôpital mais ils ne suffisent pas pour les trois tours. Ils travaillent huit heures par jour cinq jours par semaine et les universitaires perçoivent autour de mille pesos (250 euros) , et les contratuels moins de 600, comme elle. Les jours de pluie, celle-ci entre par les plafonds et ceci est un enfer, dit elle et indique les machimbres putréfiés et les puits noirs saturés qui débordent d’excrément dans les toilettes et les cours. Et tout est lavé avec de l’eau, rien de plus, parce que « nous n’avons pas de javel ».

Je marche par un autre couloir et j’arrive à Obstétrie et Pédiatrie. Là, ils sont tous tobas (indigènes). Une gamine pleure devant son fils, un petit sac d’os bruns avec deux yeux énormes que l’on regarde avec douleur. Un autre jeune dit qu’il ne sait pas ce qu’a sa fille mais il ne veut pas qu’elle meure, bien qu’il soit évident qu’elle est en train de mourir. Il y a une vingtaine de lits dans le secteur et dans touts la même chose : malnutrition extrême, crasse dans les draps, milliers de mouches, désolation et peur dans les regards.

Ensuite nous voyageons une heure et le tableau se fait de plus en plus grotesque. Nous nous arrêtons à Fortin Lavalle, Villa Rio Bermejito, les terres au-delà du Pont La Sirena, les endroits El Colchon, El Espinillo et plusieurs autres. Il y a des dizaines de baraques de boue et de paille, réduits infâmes où s’entassent des familles de l’ethnie Qom (tobas). Toutes, sans exception, dans des conditions sous-humaines.

Ces terres – plus de trois millions d’hectares – ont été vendues avec les aborigènes à l’intérieur. Ils sont plusieurs milliers et sont là depuis toujours, mais ils n’ont pas de titres, de papiers, ni ne savent comment les obtenir. Les amis du pouvoir, eux, oui les ont, et les font valoir. Le résultat est la dévastation de l’ Impénétrable : quand on coupe la forêt, les espèces animales disparaissent, elles s’éteignent. Les êtres humains aussi.

Et bien que quelques bonnes âmes urbaines disent le contraire, et que se scandalisent certains dirigents, dans le maintenant ex Impénétrable du Chaco des mots durs comme extermination ou génocide sont en vigueur.

Défilent devant nos yeux des malades de tuberculose, de Chagas, de lesmaniasis, des enfants qui ont seulement mangé de la farine mouillée dans de l’eau, entourés des chiens maigres et osseux comme leurs maîtres. Ils s’appellent Margarita, Nazario, Abraham, Maria et c’est la même chose. Ils disent presque tous être évangélistes, de l’Assemblée de Dieu, de l’Eglise Universelle, des « pentecopistes » ou des « anglicains ».

Involontairement ironique, j’évoque Yupanqui : « Par-ci, Dieu n’est pas passé ».

À la tombée de la nuit je suis cassé, brisé, et je ne peux que griffoner ces notes, indigné, conscient de leur inutilité. En repartant je vois dans un hameau une affiche déchirée sur le sol : « Avec la force de Rozas, votez liste 651 ». Et sur le mur d’un ranch de boue, sûrement infesté de vinchucas (insectes qui transmettent le mal de Changas, NdT), je vois un coeur rouge comme celui des pasteurs médiatiques brésiliens de « Arrête de souffrir ». En dessous il est écrit : « Le Chaco mérite mieux. Votez Capitanich » (en septembre on eu lieu les élections à gouverneur de la province, NdT).

À environ 400 kilomètres de là, le scrutin final des élections avance lentement, nerveusement. Dans un bureau le ministre de la Santé de cette province continuera de nier tout cela, tandis que le gouverneur se prépare à être sénateur et à vivre à Buenos Aires, bien loin d’ici, comme presque tous les législateurs.

Jamais auparavant, le Chaco ni ce pays ne m’avaient fait mal autant.

Mempo Giardinelli, Pagina/12, 25 septembre 2007. Traduction: http://amerikenlutte.free.fr

Pour plus d’info sur le soya en Argentine voir ce vidéo .



Ya Basta – MAP

29 09 2007

Doublecliquez sur l’image pour démarrer le vidéo.



Image du jour

29 09 2007

Pour plus d’info sur le soya en Argentine voir ce vidéo .



Le réarmement des anciennes milices au Liban bat son plein

28 09 2007

Texte repris du réseau voltaire, c’est assez inquiétant:

Liban déchiré

La fièvre de l’entraînement et du réarmement des anciennes milices au Liban bat son plein. Devant l’ampleur du phénomène, le cabinet de Fouad Siniora y a consacré une réunion qui a duré six heures, lundi dernier. Après la fin des délibérations, le porte-parole du gouvernement et ministre de l’Information, Ghazi Aridi (lui-même membre d’une ancienne milice, le Parti socialiste progressiste de Walid Joumblatt), a laissé entendre que se sont surtout les partis de l’opposition qui se réarment. Il a même fait état de plaintes parvenues à l’archevêché maronite de la région de Jbeil (Byblos) de la part de parents inquiets des activités de leurs enfants. Le lendemain, l’archevêché a publié un communiqué niant en bloc ces informations.
En fait, M. Aridi cherche à cacher ou à déformer une vérité que la plupart des Libanais connaissent très bien. Depuis plus d’un an, les milices proches du pouvoir se sont lancées dans un vaste programme d’entraînement et de réarmement. Des sociétés de sécurité privées (comme Blackwater) leur servent de paravent. Le nombre de ces compagnies, légalisées à la pelle par le ministre de l’Intérieur Hassan Sabeh (un proche du clan Hariri), a considérablement augmenté ces derniers mois. Des groupes de plusieurs dizaines de sympathisants sont régulièrement envoyés en Jordanie, aux Émirats arabes unis et en Égypte, pour y suivre un entraînement militaire. Tout se sait au Liban.
Des armes fournies par des pays occidentaux, et qui étaient soi-disant destinées aux Forces de sécurité intérieure (FSI, dirigées le général Achraf Rifi, un proche des Hariri), ont fait leur apparition entre les mains de partisans du pouvoir.
Pire encore ! Les Forces libanaises de Samir Geagea, le PSP de Joumblatt, et le Courant du futur de Saad Hariri, s’entraînent dans une dizaine de camps répartis dans le Chouf, le Mont-Liban et le Akkar (Nord-Liban). Selon des informations sûres, ces partis membres du 14-mars ont constitué une milice de 4 500 hommes prêts à prendre les armes en quelques heures. Selon d’autres informations, des armes moyennes et lourdes ont été distribuées à ces partis.
Le 14-mars, lui, accuse le Hezbollah d’entraîner ses alliés du Courant patriotique libre (CPL du général Michel Aoun) et des formations druzes et sunnites de l’opposition dans un camp situé au nord de la plaine de la Békaa. Ces informations ont été démenties. Mais le général Aoun et le chef druze opposant Wiam Wahhab ont clairement affirmé que leurs partisans se défendraient s’ils sont la cible d’agressions, comme cela avait été le cas le 23 janvier 2007. Ce jour-là, l’opposition avait décrété une grève générale. Mais elle a été surprise de voir des membres des Forces libanaises, du PSP et du Courant du futur tenter de forcer par les armes les barrages pacifiques installés sur les routes du pays. Plusieurs partisans du CPL avaient été blessés par des miliciens de Samir Geagea. L’un d’eux, atteint d’une balle dans le dos, est paralysé à vie.
Les milieux de l’opposition s’interrogent sur les dessous de ces accusations lancées par Ghazi Aridi et d’autres milieux du 14-mars. Ils craignent que cela ne soit le prélude à une vague de répression sous prétexte de vouloir désarmer les partis politiques, à travers des perquisitions dans les permanences des partis de l’opposition. Le but étant de museler l’opposition en prévision du coup d’Etat en préparation avec l’élection d’un président issu du 14-mars à la majorité simple.



Sarkozy met un cure-dent dans les roues de Total

28 09 2007

Lacrymo MyanmarGrâce à la pression des média et des citoyen(ne)s, Sarkozy a sommé toutes les sociétés françaises, et nommément Total, de geler tous investissements au Myanmar (cela ne semble pas avoir force de loi et c’est surement temporaire mais c’est déjà un début). C’est plus symbolique qu’autre chose et tous ce tapage à propos d’ajouter des sanctions n’est évidemment que pétage de broue mais peut-être, avec assez de pressions, Sarkozy sera-t-il forcé de forcer Total à quitter le Myanmar. Si cela arrive, alors la Junte s’effondre de suite.

Par ailleurs, Amnistie Internationale a elle aussi commencé une pétition en ligne que vous pouvez signer en cliquant ici.

Ci-bas un téléjournal récent (Bernars Kouchner a été engagé par Total pour légitimer sa présence au Myanmar, voir liens en-dessus du vidéo):


Birmanie Total Kouchner
envoyé par inet
http://birmanie.total.com/fr/controverse/p_4_4.htmhttp://birmanie.total.com/fr/publications/rapport_bkconseil.pdfhttp://www.fidh.org/spip.php?article357Et voici un vidéo japonais montrant la mort d’un journaliste japonais tué par la Junte (double-cliquez dessus s’il affiche une erreur):


Et voici un vidéoreportage en directe des rues de Yangoun d’Aljazira:



Karzaï ce pantin de l’occupant

28 09 2007

Il y a deux jours, Louis, du blogue «Un homme en colère» a écrit un billet très révélateur ou on apprend deux choses partculièrement troublantes au sujet d’Hamid Karzaï qui, je crois, valent la peine d’être répétées ici.

Premièrement on apprend que Karzaï a travaillé pour Unocal (après une recherche sommaire sur internet on voit que plusieurs sources confirme cela mais que Karzaï lui-même le nie). Unocal, rappelons-le, fait maintenant parti de Chevron, la compagnie de Condeleeza Rice. Mais ce qui est vraiment choquant est la chose suivante. Il y de grandes suspicions que les États-Unis ont décidé d’envahir l’Afghanistan non pas à cause du 11 septembre (le plan d’invasion a été rédigé avant le 11 septembre 2001) mais bien pour se débarrasser des Talibans une fois qu’il était claire que les négociations pour construire l’oléoduc trans-afghanistan (pour amener le pétrole de la mer caspienne) ne débouchaient pas. Car après tous, les Talibans ont été financés par la CIA durant la guerre civile afganne par le biais des services secrets pakistanais et saoudiens, l’argent étant transférée à ces dernier par la fameuse banque BCCI (pour plus d’info sur cette sombre histoire un chapitre du livre A Game as Old as Empire y est consacré). Or, la plus importante entreprise derrière le projet d’oléoduc est justement Unocal! Donc (si Karzaï a travaillé pour Unocal) Karzaï travaillait chez Unocal alors même que cette entreprise poussait l’Afghanistan a accepter son projet d’oléoduc et maintenant il est président d’Afghanistan!!

Deuxièmement, on apprend que le NPD a découvert que le discourt de Karzaï a été en grande partie rédigée par l’armé canadienne! Cela fait un peu pensé à Bernard Kouchner…

Pour finir, rappelons que Karzaï a été «élu» au cour d’élections frauduleuses (même pires que celles de Bush ou de Calderon 😉 ).

ADDENDUM:

Vous pouvez consulter ici le document obtenu par le NPD en vertu de la loi d’accès à l’information. Et si ce lien ne marche plus j’en ai fait une sauvegarde ici.



La corruption honteuse de Jean Charest

28 09 2007



Pour l’argent – Frenchi Blanco

28 09 2007

Pour visioner le vidéo faites un clique-droit ci-dessous et choisissez play/jouer:



Image du jour

28 09 2007

The image “http://www.stephentaylor.ca/archives/canada%20post.jpg” cannot be displayed, because it contains errors.



Un autre indice que le Canada et la France veulent renverser le gouvernement soudanais

27 09 2007

Darfur peace talks Abuja May 2006Je suis dernièrement tombé sur un article qui révèle que le chef d’une faction du Mouvement de libération du Soudan (un des plus grands groupes opposés à Khartoum), Abdulwahid Mohamed Nour, est hébergé par la France et dirige son mouvement depuis Paris!

Voici les billets précédent à propos du Canada et de la France au Soudan: 1 2 3 4 5 6

J’ai aussi trouvé un site internet fort intéressant (http://www.ecosonline.org/) où on peut trouver l’info sur les compagnies opérant au Soudan:

 

Companies (click on the link for additional info)

  • Consortia
    • Al Qahtani & Others (block 12A)
      Shareholders are:

      • 33% Al Qahtani
      • 20% Ansan
      • 20% Sudapet
      • 15% Dindir
      • 7% Hi Tech
      • 5% A.A. In.
    • Ansan (block 17)
      Shareholders are:

      • 66% Ansan Wikfs
      • 34% Sudapet
    • CNPCIS (block 6)
      Shareholders are:

      • 95% CNPC
      • 5% Sudapet
    • Greater Nile Petroleum Operating Company (GNPOC) (block 1,2 and 4)
      Joint operating company, owned by:

      • 40% CNPC International (Nile) Ltd. , (CINL), a subsidiary of China National Petroleum Corporation

      • 30% PETRONAS Carigali Nile Ltd. , (PCNL), a subsidiary of PETROLIAM NASIONAL BERHAD (Petronas)

      • 25% ONGC Nile Ganga BV, (ONGBV), a subsidiary of ONGC Videsh Limited

      • 5% Sudapet Ltd. (Sudapet)
    • Petro Sa (block 14)
      Joint operating company, owned by:

      • 80% Petro SA
      • 20% Sudapet
    • SudaPak I (block 9 and 11)
      Joint operating company, owned by:

      • 85% Zafir Petroleum
      • 15% Sudapet
    • SudaPak II (block A)
      Shareholders are:

      • 83% Zafir
      • 17% Sudapet
    • Total (block B)
      Joint operating company, owned by:

      • 32,5% Total
      • 32,5% Marathon
      • 25% Kufpec
      • 10% Sudapet
  • National companies

    • Hegleig (Sudan)
      Holds:

      • 8% of block C (Operated by APCO)
    • Hi Tech Petroleum Group (Sudan)
      Holds:

      • 60% of block C (Operated by APCO)
      • 8% of bloc 8 (Operated by WNPOC-3)
      • 7% of block 12A (Operatted by Qahtani & Others)
      • 5% of block 15 (Operated by Petronas)
    • Sudan Petroleum Company (Sudapet) (Sudan)
      Holds:

      • 34% of block 17 (Operated by Ansan)
      • 20% of block 12A (Operated by Qahtani & Others)
      • 20% of block 14 (Operated by PetroSa)
      • 17% of block A (Operated by Sudapak II)
      • 17% of block C (Operated by APCO)
      • 15% of block 8 (Operated by WNPOC-3)
      • 15% of block 9 and 11 (Operated by Sudapak I)
      • 15% of block 15 (Operated by Petronas)
      • 10% of block B (Operated by Total)
      • 13% of block 5B (Operated by WNPOC-2)
      • 8% of block 3 and 7 (Operated by PDOC)
      • 7% of block 5A (Operated by WNPOC-1)
      • 5% of block 1, 2 and 4 (Operated by GNPOC)
      • 5% of block 6 (Operated by CNPCIS)
  • International companies

    • Al Qahtani (Saudi Arabia)
      Holds:

      • 33% of block 12A (Operated by Al Qahtani & Others)
    • China National Petroleum Company (CNPC) (China)
      Holds:

      • 95% of block 6 (Operated by CNPCIS)
      • 41% of block 3 and 7 (Operated by PDOC)
      • 40% of block 1, 2 and 4 (Operated by GNPOC)
      • 35% of Block 15 (Operated by Petronas)
    • Ansan (Yemen)
      Holds:

      • 66% of block 17 (Operated by Ansan)
      • 20% of block 12A (Operated by Al Qahtani & Others)
    • Dindir Group Holds:
      • 12% of block 12A (Operated by Al Qahtani & Others)
    • Lundin Petroleum (Sweden/Switzerland)
      Holds:

      • 24,5% of block 5B (Operated by WNPOC-2)
    • ONGC Videsh Ltd (India)
      Holds:

      • 25% of block 1, 2 and 4 (Operated by GNPOC)
      • 24,125% of block 5A (Operated by WNPOC-1)
      • 23,5% of block 5B (Operated by WNPOC-2)
    • Petronas (Malaysia)
      Holds:

      • 77% of block 8 (Operated by WNPOC-3)
      • 68, 875% of block 5A (Operated by WNPOC-1)
      • 39% of block 5B (Operated by WNPOC-2)
      • 40% of block 3 and 7 (Operated by PDOC)
      • 35% of block 15 (Operated by Petronas)
      • 30% of block 1, 2 and 4 (Operated by GNPOC)
    • PetroSA (South Africa)
      Holds:

      • 80% of block 14
    • Sinopec (China)
      Holds:

      • 6% of block 3 and 7 ( Petrodar)
    • Total (France/Belgium)
      Holds:

      • 32,5% of block B (Operated by Total)


Justice – Jahwise

27 09 2007


Jahwise-Justice
envoyé par J0080




Catégories

Archives

Syndication


RSS2 Feed
Le feed du Blogue


RSS2 Feed
Le feed des commentaires

Communauté



Mohawk Nation News - Daily News from the Mohawk Nation CentPapiers - média citoyen
TopBlogues profile
Blogue Parade - L'annuaire des blogues francophones - BlogueParade.com
Les-Blogs.info
Add to Technorati Favorites
iopBlogs.com, The World's Blog Aggregator
Listed in LS Blogs
Netpolitique, le site des phénomènes politiques sur Internet et par Internet
annuaire blogcreer blog gratuit
Politics Blogs - Blog Flare
Politics blogs
Top Blogs
Politics Blogs
Blog Catalog Blog Directory
Politics blogs
Conspirateur GCG
BlogRankers.com

Sonde de mesure
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!
meilleur site politique annuaire
pour comprendre le monde Politics Blogs - Blog Top Sites BlogoMetrie 2.0

Zone pur tester des widgets



  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!