Quatre ans après avoir été porté au pouvoir par les ÉU, le Rwanda et l’Ouganda, Kabila est assassiné, mais c’est bien plus tôt que ses alliés se retournent contre lui, dès 1998 le Rwanda et l’Ouganda repartent en guerre contre Kabila. Dans un billet précédent je faisais part de mes suspicions que le coup d’État en Thaïlande aille été appuyé par le FMI/BM ou par des intérêts voulant une participation du FMI dans la gouvernance de la Thaïlande. Deux articles que je viens de lire font croire que Kabila-père aurait été éliminé pour des raisons semblables. Voici les faits :

 

  • Arrivé au pouvoir en 1997 Kabila refusa de payer à la BM les dettes contractées par Mobutu (qui s’était fait supplié par le duo FMI/BM d’emprunter pour se battre contre le communisme en Angola, ces dettes n’avaient servi qu’à acheter des armes pour défendre les intérêts étasuniens, et engraisser les comptes de Mobutu). Laurent Désiré Kabila a déclaré que “la République Démocratique du Congo ne remboursera parce qu’on ne voit aucun travail y effectué avec cet argent”. Il leur a rappelé que “si vous prêtez de l’argent à un voleur, vous devez vous attendre au risque de ne pas être remboursé cet argent dans l’avenir”.
  • Kabila ne comptait pas non plus contracter plus de dette auprès du FMI/BM, il déclara : “Nous allons trouver de l’argent. Dites-moi: qui réfuse d’acheter notre or, notre diamant, notre cobalt…?”
  • Après l’assassinat de Kabila-père, Kabila-fils effectura un virage de 180 degrés sur cette politique envers le FMI/BM. Il ira même jusqu’à nommé un ex-employé du FMI comme ministre des finance (même chose qui est arrivé après le coup en Thaïlande). Jean-Baptiste Sondji, ancien minister de la santé sous Kabila-père de dire :

 

«Les Occidentaux ont ensuite provoqué la guerre contre le Congo-Brazzaville dans le but de mettre Kabila dans une position intenable. Il devait quitter la scène. De toute façon, l’assassinat de Kabila a été une opportunité pour les Occidentaux d’amorcer un plan conçu depuis longtemps. Kabila-fils devait passer de leur côté et faire un virage à 180 degrés. La composition de son gouvernement reflète davantage la mainmise des intérêts étrangers que les préoccupations des Congolais.

 

En RDC, la crise est d’abord politique. Mais Kabila-fils se contente de ministres avant tout technocrates. Comment résoudre des problèmes politiques avec une équipe de technocrates et de mandataires des intérêts étrangers? Le nouveau ministre de l’Économie et des Finances par exemple, Matungulu Mbuyamu, a été le représentant du FMI au Cameroun.»

 

Il semblerait donc que Kabila-père a été assassiné pour rendre le contrôle du pays au FMI.

 

Voici les deux articles :

 

http://www.oxfamsol.be/fr/docs/oxfaminfo121/RDCONGO.pdf

 

http://www.congopanorama.info/economy/econ-imfwb.shtml