The image “http://www.michaeljournal.org/images/Gros_Banquier.gif” cannot be displayed, because it contains errors.Avec les colossales baisses d’impôts et de taxes données aux mieux nantis par l’administration Bush, plusieurs gouvernements municipaux et d’États étasuniens se retrouvent à court d’argent. Par ailleurs ces mêmes gouvernements possèdent plusieurs compagnies d’États fort lucratives sur lesquelles certaines banques et investisseurs aimeraient bien mettre la main.  Ces banques croyaient que pour boucher les troues dans leurs bugdets, les gouvernements seraient prêts à vendre leurs poules aux oeufs d’or à bas prix pour empocher un peu d’argent instantané.  En 2006, c’était bien le cas, ce genre de transactions avaient alors triplés par rapport à 2005 pour atteindre 150 milliards $US (trois fois le budget annuel du gouvernement du Québec). Les banques évaluent que pour 2007 la totalité des investisseurs seraient près à consacrer 750 milliards $US pour ce genre de transactions. Malheureusement pour eux, l’opinion publique s’est levée pour opposer ces ventes de biens publics les jugeant mauvaises pour la population en générale.

source: reuters